Se rappeler les jours quand le Maître a enseigné la Loi dans la ville de Guangzhou, province de Guangdong

[Site Clartés et Sagesse]

En juillet 1994, j'ai eu la chance de pouvoir participer à la 4e Conférence du Falun Gong donnée par le Maître à Guangzhou. Même maintenant, quand je me rappelle ces jours, je me sens vraiment heureux et je ressens toujours du respect.

Avant que je commence à pratiquer le Falun Gong, j'étais normalement une personne au coeur de bonté, mais parfois j'étais de mauvaise humeur. J'étais irritable quand j'étais confronté dans des périodes difficiles. Par hasard, j'ai été encouragé à pratiquer le Falun Gong par un de mes collègues. Je n’ai pas pris ses mots au sérieux jusqu'au milieu de juillet 1994, quand j'ai eu la chance de pouvoir participer à la conférence du Falun Gong donnée par le Maître à Guangzhou. Comme il y avait beaucoup d’auditeurs, j'ai dû m'asseoir au balcon et je n’ai pas pu voir clairement le Maître. Quand le Maître a commencé la conférence, j'ai écouté en toute quiétude et j’ai été si intrigué alors qu'il parlait que je ne me suis pas senti somnolent comme avant.

Le Maître donnait généralement ses conférences de la Loi de 19h00 à 21h00. C’est seulement quand la conférence se terminait le week-end qu’il changent l'heure pour accommoder pour la partie finale de ses enseignements. Le Maître n'était jamais en retard aux conférences. Il n'utilisait aucun texte pour ses discours. Pour commencer, il sortait un bout de papier de sa poche. Il ne buvait pas d’eau, du commencement jusqu’à la fin de la conférence. Quand quelqu'un lui apportait de l'eau, il continuait sa conférence sans en boire. J’en suis venu à avoir une meilleure compréhension du bouddhisme quand le Maître est arrivé à la partie concernant la différence entre l'école de Bouddha du Qigong et le bouddhisme. Avant ceci, j'allais aux temples pour adorer le Bouddha. Les moines dans les temples me disaient que Bouddha serait plus disposé à vouloir me bénir si je pouvais donner le plus d’argent possible. Maintenant, j’en suis venu à comprendre que, en réalité, ces moines se comportaient d'une manière qui avait mené le bouddhisme de Shakyamuni à la corruption et ils n'étaient pas de vrais pratiquants.

Juste avant la fin de la conférence, plusieurs d’entre nous ont rencontré, par chance, le Maître. J'ai demandé au Maître si nous pouvions prendre quelques photos avec lui. Le Maître a dit qu'il n'avait pas eu assez de temps pour prendre des photos avec autant d'étudiants de Dafa. Aux yeux du Maître, tous les étudiants de Dafa étaient égaux et il devait leur être donné une chance égale, qui pourrait prendre beaucoup de temps. En fin de compte, nous n'avons pris aucune photo, mais j'étais vraiment heureux d’avoir eu la chance de parler avec le Maître face à face.

Après que je sois revenu du séminaire, j'ai commencé à agir selon la Loi du Maître. Je me suis débarrassé des matériaux que j'avais reçus des temples bouddhistes. Quand le bouddhiste laïc qui m'avait dirigé vers le temple, a appris que je n’irais plus au temple parce que j'avais commencé à pratiquer le Falun Gong, il a éclaté de rage et a menacé qu'il me punirait pour ceci. Je lui ai dit que je n'avais pas peur, parce que j'étais protégé par le Maître d'une manière juste. Dès lors, cette personne n'est plus venue me tracasser. Depuis, j’ai authentiquement suivi le chemin vers ma vraie maison.

 

Traduit au Canada le 25 décembre 2004

 

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2004/12/24/55887.html 
http://www.minghui.org/mh/articles/2004/11/20/89640.html