Abandonner les illusions au sujet du PCC après avoir considéré les faits suivants : Prélèvements d’organes sur des prisonniers vivants et incinération des corps pour détruire les preuves au camp de concentration de Sujiatun – Deuxième partie

[Site Clartés et Sagesse]


Première partie : http://www.vraiesagesse.net/news/0603/27/E71155_20060324_fr.htm

Table des matières

  1. L'opération de la greffe du rein dans la ville de Shenyang, province du Liaoning en Chine
  2. Source des organes
  3. Augmentation du coût des greffes de rein ; les pratiquants de Falun Gong persécutés à mort sont une source bon marché d’organes pour le marché noir
  4. Organes manquants sur les cadavres des pratiquants de Falun Gong
  5. Le camp de concentration de Sujiatun
  6. Un ancien employé d'un hôpital de Shenyang a confirmé le prélèvement d'organes sur des prisonniers vivants
  7. À quoi peut-on s’attendre du PCC ?
  8. Conclusion

 

Avant-propos : Le monde est rempli aussi bien de bonheur et que de tristesse. Le bien et le mal, le beau et le laid sont tous intriqués dans la vie quotidienne des gens. Avec un cœur indifférent, les gens s’égarent facilement et perdent leur propre compréhension, pensant que ce n’est « pas si sérieux »...

 

Pourtant les principes cosmiques jugent également chacun d’entre nous. À un moment donné, nous devrons considérer sérieusement la situation et faire un choix clair pour notre futur.

(Suite)

5. Le camp de concentration de Sujiatun

Comme le camp de concentration de Sujiatun vend des organes bon marché, les négociants  internationaux d’achats et de ventes d’organes essaient de trouver des moyens d'entrer en contact avec Sujiatun et de faire le commerce avec eux. Les Chinois d'outre-mer contactent également des parents dans la ville de Shenyang dans l’espoir d'acheter un rein bon marché à Sujiatun.

 

Des employés d'hôpitaux privés et du système de santé savent qu'il est possible d'acheter les organes des pratiquants de Falun Gong au camp de concentration de Sujiatun. Ces organes sont exempts du résidu des injections létales faites aux condamnés à mort qui sont exécutés. Un témoin oculaire a déclaré que les habitants du district de Sujiatun considèrent les achats d'organes comme tabou et sont très prudents. Une personne ordinaire là-bas n’aborderait même pas le sujet.

 

Le camp de concentration de Sujiatun est situé dans un endroit caché entouré d’arbres et de buissons. Un témoin oculaire a dit : « Maintenant, quelques routes dans Shenyang sont bloquées et les véhicules ne peuvent pas passer. Des barricades ont été installées sur les routes ; des barricades semblables sont installées sur la route qui mène à Sujiatun. Une voiture ordinaire ne peut pas du tout s’approcher du camp. Afin de ne pas attirer l'attention et de pas nous créer des ennuis, nous nous sommes approchés du camp de concentration dans un camion de charbon. Nous avons vu la fumée blanche sortir sans interruption du four crématoire à l'intérieur du camp. Nous n'avons vu personne aux alentours et l'atmosphère était effrayante. Des habitants nous ont dit qu'ils voient de la fumée blanche sortir du four crématoire chaque fois qu’ils passent près du camp. »

 

Le témoin a dit que les habitants sont peu disposés à aller près du camp, ils ont peur d'être assassinés par le gouvernement du PCC dans le but de garder le camp secret.

6. Un ancien employé d'un hôpital de Shenyang a confirmé le prélèvement d'organes sur des prisonniers vivants

Le 11 mars 2006, The Epoch Times en Australie a parrainé un forum public sur les Neuf Commentaires sur le Parti communiste. Un homme dans l’audience, nommé Yuan Hong, a confirmé que le Parti communiste chinois (PCC) prélève en fait les organes sur des prisonniers vivants. Après le forum, un journaliste du journal The Epoch Times a interviewé Yuan Hong pour des détails supplémentaires à ce sujet.

 

Yuan Hong a déclaré qu'il travaillait dans un hôpital de la ville de Shenyang avant de quitter la Chine. Peu après être arrivé en Australie, il a lu un article sur un médecin qui travaillait à l'hôpital de la police militaire de Tianjin et qui, après son arrivée aux États-Unis, a révélé au gouvernement des États-Unis la vente d’organes humains par le PCC. Les diplomates du PCC ont énergiquement nié que de telles choses existent. Yuan Hong a déclaré que le démenti du diplomate était risible, il a dit que de nombreuses personnes travaillant dans des hôpitaux en Chine sont tout à fait au courant des ventes d'organes. En général, les organes utilisés pour les greffes proviennent de prisonniers. Même si les employés de l’hôpital n’en parlent pas, ils sont au courant.

 

La réalité en Chine, c'est que les hôpitaux reçoivent des évaluations telles que « AAA ». Afin d'obtenir un meilleur rang et de se qualifier pour les critères d'évaluation, les hôpitaux doivent entreprendre des programmes scientifiques et devraient pouvoir exécuter des greffes compliquées comme la greffe de la cornée, la greffe de la peau et la greffe des reins. En Chine, il n'y a aucun endroit légitime pour acheter des organes et les gens ne peuvent pas se le permettre. Très peu de gens donnent leurs organes. Pour obtenir des reins pour les greffes, les hôpitaux doivent établir des contacts avec les départements juridiques en soudoyant les fonctionnaires afin que les hôpitaux obtiennent le privilège de recevoir un avis prioritaire lorsque des prisonniers sont exécutés.

 

La source des organes, les prisonniers exécutés, est connue de tout le monde. Le processus pour obtenir des organes est en général ainsi : les médecins et les infirmières se précipitent sur le lieu de l'exécution après en avoir été avertis, tandis que le patient est emmené en salle d'opération en attente de l'organe. Dès que le prisonnier est exécuté, l'hôpital commence l’opération pour enlever l'organe défaillant du client/patient. Le prisonnier est alors traîné dans l'ambulance pour subir le prélèvement de ses organes.

7. À quoi peut-on s’attendre du PCC ?

Les crimes du PCC ont été exposés depuis longtemps; cependant, cette information récente choque toujours les gens. Les gens peuvent à peine croire que le PCC est capable d’atrocités aussi terribles.

 

Par exemple M. He, un ingénieur habitant en Virginie, a dit : « J'ai eu la tête vide pendant un moment après avoir lu cette information. Les images des 'fours crématoires' et des 'médecins' marchant aux alentours m’ont rempli la tête et ne voulaient pas partir. Les gens qui ont vu La liste Schindler et Le journal d'Anne Frank, ainsi que d'autres films qui révèlent la vérité au sujet des camps de concentration Nazi sentent la terreur latente évoquée par les fours crématoires ; d'épaisses colonnes de fumée sortant de cheminées géantes et des 'médecins' engagés dans des recherches expérimentales médicales terrifiantes. Lorsque j'ai eu connaissance des méthodes basses et sauvages utilisées par les gardes au camp de travaux forcés de Masanjia pour torturer les pratiquants de Falun Gong, j'ai pensé que c’était déjà incroyablement sinistre ; pourtant sans que l'on s'y attende, il y a des fours crématoires et de nombreux médecins vivants au camp de concentration de Sujiatun – la terreur là-bas dépasse la portée de notre imagination. »

 

Les familles des pratiquants du Falun Gong disparus sont terriblement anxieuses et effrayées de la possibilité que leurs êtres chers puissent être détenus à Sujiatun. Le Dr. Huang Wanqing, un pratiquant de Falun Gong aux États-Unis, a dit qu’en lisant le rapport, il s'est souvenu de son frère cadet, Huang Xiong, disparu depuis presque trois ans. Huang Xiong vivait dans le canton de Wanan, province du Jiangxi, et il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1996. Il a été envoyé dans un camp de travaux forcés par des agents du PCC et y a été détenu pendant plus d'un an. Après sa remise en liberté, il a vécu en exil pour éviter davantage de persécution. La police de la province du Jiangxi, de Shanghai et d'autres régions de Chine l'a poursuivi dans tout le pays. En avril 2003, Huang Xiong a disparu après avoir parlé avec Huang Wanqing au téléphone pour la dernière fois à Shanghai. Huang Wanqing n'a plus jamais entendu parler de lui et il ignore où il se trouve.

 

Zhang Tianxiao, une pratiquante de Falun Gong habitant à Chicago, a été très affligée par le rapport sur le camp de concentration. Elle a pleuré pendant toute une journée. La famille de Zhang Tianxiao a été persécutée en Chine à cause de sa pratique du Falun Gong. Le 3 novembre de l’an 2000, Zou Songtao, son beau-frère de 28 ans, a été torturé à mort au camp de travaux forcés de Wangcun dans la ville de Zibo, province du Shandong. Sa sœur Zhang Yunhe est allée faire appel à Pékin en l’an 2000 ; elle a été arrêtée et ramenée à la ville de Qingdao. En février de l’an 2002, Zhang Yunhe a été arrêtée dans la ville de Qingdao pour la deuxième fois ainsi que plusieurs autres pratiquants de Falun Gong. Mme Zhang Yunhe a été détenue au centre de détention de Dashan dans la ville de Qingdao pendant au moins six mois et a disparu après sa libération. Personne n'a eu de ses nouvelles au cours de ces quatre dernières années. Il y a un an, Zhang Tianxiao a téléphoné à la Division « anti-secte » de la province du Shandong et s'est renseignée au sujet de Zhang Yunhe, mais elle n'a reçu aucune réponse. Quand Zhang Tianxiao a dit au fonctionnaire que ceux qui ont persécuté Zhang Yunhe seraient traduits en justice, le fonctionnaire l’a maudite. Zhang Tianxiao n'a pas pu réprimer son angoisse et son choc suite à la révélation du camp de concentration de Sujiatun. Zhang Tianxiao a dit que le mot « souci » n'est pas en proportion pour décrire son sentiment envers sa sœur. Elle invite toutes les personnes, y compris les pratiquants de Falun Gong qui sont persécutés comme Zhang Yunhe, à résister activement à la persécution de la perversité du PCC au lieu de la supporter passivement.

 

Yuan Hongbing, un érudit, a dit qu'entre 1959 et 1961, 40 millions de Chinois sont morts de faim suite à la famine créée par les politiques et la corruption du PCC, pourtant le PCC a dit au monde entier que c'était le résultat de trois ans de désastres naturels. Cependant, selon une enquête récente, les annales de cette période indiquent que la température était en fait généralement favorable ; de petits désastres naturels s’étaient produits, mais ce n'étaient pas suffisant pour affecter tout le pays. La raison principale pour laquelle les gens sont mort de faim est due aux communes rurales de Mao Zedong lors de la famine.

 

Le PCC est un menteur pathologique, pourtant il n'a pas eu le courage de faire face à la vérité lorsque le journal The Epoch Times a publié des articles concernant le camp de concentration de Sujiatun.

 

Peut-être que les gens avaient des illusions au sujet du PCC ; peut-être que les gens voyaient un loup rassasié flâner et pensaient d’une façon erronée qu'il cesserait de manger les moutons ; peut-être que le fermier dans la fable « Le fermier et le serpent » n'avait pas prévu sa mort après avoir ranimé le serpent avec la chaleur de son corps.

 

Nous avions tort.

 

Pourquoi avions-nous tort ? On peut trouver les réponses dans les Neuf Commentaires sur le Parti communiste.

 

8. Conclusion

 

Nous avons tous vécu des souffrances et des pertes, des espoirs et des déceptions ;

 

À mesure que le soleil se lève, à mesure que le ciel et le terre s’éclaircissent, pourquoi ignorons-nous les neuf millions de démissions du PCC ?

 

Soyons tous témoins de la lumière éternelle de l’Authenticité – Bienveillance – Patience, éclairant le ciel et la terre !

 


Traduit de l’anglais au Canada le 25 mars 2006 de :
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/3/25/71171p.html

Version chinoise disponible à : http://minghui.org/mh/articles/2006/3/17/123061.html