Washington Times : Selon un journaliste, la Chine prélève les organes des détenus

[Site Clartés et Sagesse]


Le 24 mars 2006

Un journaliste chinois a découvert un centre secret de détention au nord de la Chine utilisé par un hôpital pour prélever les organes humains pour vendre à des acheteurs de l'intérieur et internationaux.

Jin Zhong, le pseudonyme du journaliste qui s'est enfui récemment de Chine, a également dit dans une entrevue qu'une opération des services secrets chinois qui avait échoué aurait mené en 2004 à la mort d'un diplomate japonais qui s’est suicidé plutôt que de livrer des secrets.

En ce qui concerne le mauvais traitement des prisonniers, M. Jin a indiqué qu'il a entendu parler pour la première fois des prélèvements d'organes entre octobre et décembre, et que les prisonniers utilisés étaient des membres du groupe religieux proscrit Falun Gong.

« C'est un meurtre, et un meurtre parrainé par un état », a dit M. Jin, qui était dans le passé correspondant d'une agence de presse japonaise. « Cela doit cesser ! »

M. Jin a indiqué qu'il est tombé par hasard sur le centre de détention souterrain alors qu'il faisait une enquête sur la réponse du gouvernement chinois au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). C'est un fonctionnaire chinois qui fût la première personne à dévoiler le travail médical secret effectué à l’Hôpital provincial pour thrombose de la médecine chinoise et occidentale intégrée du Liaoning à Sujiatun, une banlieue de Shenyang, la ville principale du Nord-Est de la Chine, a-t-il dit.

M. Jin a signalé qu'il avait alors découvert qu'une grande prison souterraine avait été construite sous l'hôpital et que des membres du groupe religieux proscrit Falun Gong étaient gardés là-bas. On pense qu’au moins 6'000 personnes sont gardées prisonnières dans l'installation souterraine, a-t-il dit.

L'hôpital prélève les organes des prisonniers, leurs reins, leur foie et des parties de l’œil, a-t-il dit. Les organes sont alors vendus aux gens, aussi bien de Chine et que de l'étranger, qui ont besoin de greffes d'organes.

Une des sources d’information de M. Jin était l'épouse d'un médecin de l'hôpital impliqué dans le prélèvement d'organes. Le médecin a souffert de graves problèmes psychologiques en raison du travail médical horrible et il a révélé son activité secrète. L'épouse chinoise s'est également enfuie aux États-Unis.

Plusieurs autres travailleurs de l'hôpital ont également dévoilé des détails au sujet du prélèvement d'organes sur les prisonniers. M. Jin a indiqué qu'il a dû cacher son identité réelle après avoir été menacé par des agents du gouvernement chinois. Il a été arrêté deux fois pour ses reportages et s'est récemment enfui aux États-Unis, où il espère l'asile politique.

M.Jin a dit que les corps des prisonniers étaient brûlés dans la chaufferie de l’hôpital et que les travailleurs dans cette chaufferie dépouillaient les morts de leurs bijoux et montres pour les vendre. Il a dit qu'il a fourni ces informations sur le prélèvement d'organes aux officiels du gouvernement américain, y compris des membres du Congrès.

[...]


Traduit de l'anglais au Canada le 26 mars 2006

 

Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/3/26/71208.html