Le PCC hâte le prélèvement d’organes vivants pour détruire les preuves de ses crimes

 

[Site Clartés et Sagesse]

 


Écrit par Liu Dong correspondant de

 

Les atrocités du parti communiste chinois (PCC) au sujet du prélèvement des organes des pratiquants de Falun Gong encore vivants alors qu’ils sont détenus dans des camps de travail et des prisons, et au sujet de la vente et de l’incinération de leurs restes pour détruire les preuves ont été récemment exposées. Pour détruire les preuves de cette pratique terrifiante, le PCC transfère les pratiquants à la hâte dans des camps de travail et des prisons et incinère leurs corps pour détruire les preuves.

Des patients ont reçu des appels téléphoniques récemment et sont encouragés à recevoir une transplantation d’organe

Selon des sources, les centres de transplantation d'organes en Chine ont été invités à chercher à faire des affaires avec les étrangers. « Il n'y a aucun magasin comme celui-ci passé ce village», en voulant dire, il n’y aura pas une autre occasion comme celle-ci. Si les organes des pratiquants de Falun Gong ne sont pas utilisés, ils seront jetés bientôt.

 

Mme Yi, une pratiquante, a dit que son ami avait reçu un appel de la Chine récemment. Par téléphone, on lui a dit qu'on lui avait trouvé un rein approprié et qu’il devait aller à Guangzhou pour la greffe de rein dans un délai d'une semaine. Son ami a dit à Mme Yi, « J'ai reçu l'appel téléphonique inopinément mardi (le 4 avril). On m’a demandé de partir avant le 10 avril. »

Des greffes d’organes à grande échelle ont été pratiquées à l’hôpital N° 1 de Tianjin à la fin du mois de mars

Selon une autre source, beaucoup d'étrangers sont allés à l'hôpital numéro 1 de Tianjin pour avoir une greffe de foie et de rein à la fin du mois de mars. Les opérations ont été pratiquées durant la nuit. Le service opératoire se trouve aux 11ème et 12ème étages de l'hôpital. Le service de surveillance se trouve au 6ème étage. Les salles se trouvent aux 4ème et 7ème étages. Les personnes à l’intérieur disent qu'ils ne savent pas d’où proviennent un si grand nombre de donneurs de foies et de reins et se demandent si ceci n’est pas lié aux pratiquants emprisonnés dans le camp de concentration de Sujiatun. Une enquête immédiate est nécessaire pour éviter le massacre des pratiquants par le PCC pour détruire les témoins. Les patients recevant les greffes d'organes ont séjourné dans plusieurs hôtels de Tianjin.

Récemment de nombreux étrangers sont allés en Chine pour recevoir des greffes d’organes

Les patients étrangers doivent attendre plusieurs années pour recevoir des organes dans leur pays d'origine. Mais ils peuvent obtenir des greffes d'organes en Chine si rapidement qu'ils ont du mal à y croire.

 

Le 4 avril, le Asian Times a fait un reportage au sujet des patients japonais allant en Chine pour des greffes d'organes. Le reportage a déclaré que récemment beaucoup de patients japonais, dont les cas semblaient désespérés au Japon, ont obtenu des greffes d'organes rapidement en Chine. Un centre de transplantation d'organes à Shenyang déclare sur son site Web qu'il peut trouver les organes appropriés pour des patients dans un délai d'une semaine.

 

L'article déclare qu'on peut se demander comment ces hôpitaux chinois peuvent avoir une si grande source de donneurs. L'article évoque la pratique bien connue du PCC de prélever les organes des condamnés à mort mais qu’ils ne sont pas la source principale des organes. Suzuki, le Président de l'organisation des destinataires de greffes au Japon, a visité un hôpital dans « une ville principale » en Chine, qui l'année dernière seulement a pratiqué 2.000 greffes d'organes. Cependant, Amnistie Internationale estime que le PCC a exécuté 3400 prisonniers en un an.

 

L'article a donné un exemple. Lorsque le rein de Hokamura Kenichiro, 62 ans, s’est détérioré, il a attendu plus de quatre ans pour un nouveau rein. En tant qu’originaire du Japon, où moins de 10 greffes de reins sont pratiquées chaque année, l'homme d'affaires de 62 ans était désespéré. Il est allé vérifier en ligne les rumeurs de vente d’organes.

 

Il a été étonné à quel point cela était facile. Dix jours après être entré en contact avec un courtier japonais en Chine en février, il était étendu sur une table d’opération dans un hôpital de Shanghai recevant un nouveau rein. Un médecin l'avait examiné le matin même. Il a déclaré « C’était si rapide que j'en ai été effrayé ».

 

L'article a déclaré que Hokamura n’est qu’un parmi plusieurs centaines de patients japonais qui sont allés récemment en Chine pour des greffes d'organes.

 


Traduit de l’anglais au Canada le 12 avril 2006

 

Glossaire : http://www.vraiesagesse.net/glossaire/glossaire.htm

Version chinoise disponible à : http://www.minghui.org/mh/articles/2006/4/11/124988.html

Version anglaise disponible à : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/4/12/71879p.html