Le Falun Gong répond aux résultats de l’enquête des États-Unis, au camp de concentration chinois

 

[Site Clartés et Sagesse]

 


L'enquêteur du Falun Gond : « Nous allons en Chine pour enquêter ceci nous-mêmes... nous savons où chercher. »

 

Hier, à une séance d’information de la presse à Washington DC, le porte-parole du département d'État des Etats-Unis, Sean McCormack, a dit que les enquêteurs des Etats-Unis n'avaient trouvé aucune preuve de méfait au cours de la visite de leur service dans le district de Sujiatun, Shenyang, au nord-est de la Chine - un établissement où ont été détenu, selon des témoins jusqu’à 6.000 pratiquants du Falun Gong et où des milliers ont été tués pour leurs organes.

M. John Jaw, président de la coalition récemment formée pour enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG) dit qu'il n'est pas étonné des résultats de l’enquête. Jaw a dit : « Depuis plus de deux semaines, nous avons reçu cette information crédible, en provenance de nombreuses sources à l’effet que les autorités chinoises ont déjà détruit toute preuve à Sujiatun. Ils ont même inondé la région de Sujiatun de policiers en civil alléguant être des vendeurs, des résidents de la localité et tout autre pour tromper tous les enquêteurs ou les médias qui visitent l’établissement. »

Tandis que Jaw reconnaît que l’enquete des abus des droits de l'homme en Chine est rendue de plus en plus difficile par le régime communiste chinois, il dit que le CIPFG est assuré de trouver de vraies réponses. « Nous allons en Chine pour enquêter ceci nous-mêmes, » dit Jaw, « nous savons où chercher. »

 

Les enquêteurs du Falun Gong pensent bien entrer en Chine

Le CIPFG est une coalition de médias et d’organismes non gouvernementaux qui possèdent une vaste étendue dans l’exposition des détails des abus des droits de l'homme en Chine. L'Association de Falun Dafa et le site Web de Minghui dirigent la coalition. Minghui reçoit plus de 500 communications quotidiennement en provenance de l'ensemble de la Chine - peut-être plus que n'importe quelle autre organisation au monde. Depuis qu'il est devenu en ligne en 1999, le site Web de Minghui a développé une capacité sans précédent de rassembler des comptes rendus de témoins oculaires de la Chine, de vérifier leur contenu et d’organiser même des réunions en toute sécurité à l'intérieur de la Chine entre les pratiquants du Falun Gong et les travailleurs pour les droits de l'homme.

Dr Sherry Zhang, une porte-parole pour le CIPFG dit qu'ils projettent de mettre la connaissance et les techniques étendues développées par Minghui et d'autres membres de la coalition pour travailler sur place en Chine. « Lundi, les enquêteurs de la coalition de partout dans le monde vont appliquer pour des visas pour la Chine, » a dit Zhang. « Nous avons l'information spécifique sur les camps de travail et les camps de concentration de l'ensemble de la Chine. Nous savons où les atrocités ont lieu et dans beaucoup de cas, nous avons des comptes détaillés des atrocités qui se produisant là. »

 « Si le leadership du régime communiste chinois est tout à fait sincère au sujet d’enquêter sur ces atrocités, » ajoute Zhang, « il nous permettra d’entrer dans le pays et garantira notre sécurité ».

Zhang dit que Sujiatun était un coup monté et que les travailleurs du CIPFG ne tomberont pas dedans. « Nous allons couvrir les camps à travers toutes la Chine, » dit-elle « et non pas simplement un établissement où les autorités chinoises ont eu un mois entier pour détruire les preuves. »

 

Les rapports indiquent que des massacres de masse sont dissimulés à Sujiatun et ailleurs

Au cours des deux dernières semaines, le Centre d’Information du Falun Dafa a publié trois communiqués de presse séparés citant l'information crédible en provenance de sources nombreuses que le prélèvement des organes des pratiquants du Falun Gong avait atteint une vaste étendue, que les autorités chinoises travaillent des heures supplémentaires pour éliminer l'évidence des atrocités dans beaucoup d'endroits, tandis qu’en même temps, ils tirent profit des organes des pratiquants du Falun Gong avant qu’une montagne de pression internationale force la pratique illicite à la clandestinité.

Selon le Radio Son de l’Espoir, les médecins de plusieurs hôpitaux chinois, ont dit aux journalistes, au téléphone, que les patients qui voulaient une transplantation, devaient venir « tout de suite »,

 « Nous devrions avoir beaucoup d'organes avant la fin d’avril, » a dit un médecin à un journaliste de la Radio Son de l’Espoir. « Nous avons accès à un très grand échantillonnage d’organes, mais vous devez profiter de l'occasion. Savez-vous ce que je veux dire? Après cette période, l'approvisionnement sera très réduit. »

Les docteurs ont aussi dit au reporter de la Radio Son de l’Espoir que les organes provenaient « d’êtres humains vivants très sains, » et que la plupart d’entre eux étaient dans leurs 20e ou 30e année. (audio / transcription)

Lors des séries d’entrevues téléphoniques menées plus tôt, au début de la semaine passée par des journalistes secrètement, les médecins d’hôpitaux à travers huit provinces en Chine, ont confirmé que les organes pour leurs greffes provenaient des pratiquants du Falun Gong. Beaucoup ont confirmé que les greffes avaient accéléré à un rythme effréné.

 « Soyons clairs sur ce qui arrive ici, » a dit M. Erping Zhang, le porte-parole pour le Centre d’Information du Falun Dafa, « des pratiquants du Falun Gong sont tués en grands nombres pour fournir un approvisionnement d’organes lucratifs, aussi bien que pour tuer quiconque et tous ceux qui sont témoins de ces crimes. C'est la solution 'finale' du Parti communiste chinois pour le Falun Gong. »

 


Traduit de l’anglais au Canada le 17 avril
2006

 

Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/4/17/72080.html

Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2006/4/16/125401.html