Les crimes dans les camps de concentration posent de graves questions à tous les Chinois

 

[Site Clartés et Sagesse]

 


Li Zhiqing

 

Lorsqu’on parle de massacres dans les camps de concentration, beaucoup de Chinois peuvent penser que ces incidents sont éloignés et qu’ils n'ont rien à faire avec eux. Mais malheureusement, la même chose se produit en Chine au 21e siècle. Les personnes massacrées sont les propres citoyens de la Chine et les gens sont tués de la façon la plus atroce.

 

En 1971, lors d’une visite officielle en Pologne, le chancelier allemand Willy Brandt s'est mis à genoux devant le monument commémoratif de la guerre de Varsovie qui commémore les Polonaises tuées par les Nazis au cours de la deuxième guerre mondiale. Dans son geste, M. Brandt a demandé le pardon aux Polonais pour les meurtres que ses compatriotes avaient commis. Il a plus tard  expliqué à un journaliste italien qu’il s’était agenouillé "non seulement pour les Polonais, mais tout d’abord pour ces propres citoyens." Le geste de Brandt signifiait que le massacre des Polonais dans les camps de concentration Nazis était non seulement un crime contre la Pologne, mais également une honte pour la nation allemande.

 

Le 1 octobre de l’an 2000, l'agence de nouvelles France a rapporté que la Chine avait établi deux nouveaux camps de concentration consacrés à détenir les pratiquants du Falun Gong : un au nord-est, l'autre au nord-ouest, et que chacun pouvait contenir autant que 50.000 pratiquants. Il y a trois semaines un médecin vétéran de l'armée de Shenyang a dit qu'il connait 36 camps de concentration semblable en Chine. Le plus grand contient 120.000 détenus, la plupart du temps des pratiquants du Falun Gong et quelques criminels graves.

 

Dans ces camps de concentration, les gens ne verront pas de chambres de gaz ; au lieu de cela, les organes de personnes vivantes sont prélevés à grande échelle pour un profit énorme. Ensuite, les fonctionnaires incinèrent les dépouilles, éliminant toute preuve physique.

 

Ceci n'est pas une activité criminelle individuelle, c’est le crime organisé, mené directement par le régime au pouvoir ! C'est une conséquence directe de la politique de persécution du PCC contre les pratiquants du Falun Gong : "élimination physique ; tous les décès seront comptés comme suicide." Ceci a eu lieu non seulement dans le district de Sujiatun, mais également dans beaucoup d'autres endroits. Les enquêtes en cours indiquent que les hôpitaux de 22 provinces ont prélevé les organes des pratiquants du Falun Gong encore vivants. De plus amples détails sont prévus à l'avenir.

 

Par ailleurs, trois semaines après que les témoins ont révélé l'existence du camp de concentration de Sujiatun, le régime du PCC a transféré toute preuve vivante et physique. Ils ont alors prétentieusement invité des représentants de la communauté internationale pour une enquête. L'Association de Falun Dafa et le site Web Minghui/Clearwisdom ont alors planifié conjointement pour qu'une délégation enquête sur les faits. Les représentants sont rapidement allés aux ambassades et aux consulats chinois pour une demande de visas, mais le PCC a immédiatement refusé toutes leurs demandes tel un réflexe conditionné. Ceci a donné à la communauté internationale une autre occasion de voir par elle-même le manque de sincérité du PCC dans son "invitation" pour une enquête.

Le fait et l'existence que le  prélèvement d'organes aux camps de concentration continue de se poursuivre, c’est une grande honte pour chaque citoyen chinois. C'est en effet la plus grande honte nationale de la Chine moderne. Ceci blesse non seulement le Falun Gong, mais blesse tous les Chinois ! Ceci fait du tort aux valeurs morales humaines, des valeurs qui sont essentielles à l'existence même de la nation chinoise entière. Quand un régime agit si brutalement envers ses propres citoyens, lorsque les médecins sont formés pour devenir des bourreaux qui exécuteraient des actes si ignobles sur leurs propres frères et sœurs, cette nation est stigmatisée comme étant inférieure, laide et brutale et n'est pas loin de la destruction totale. Si ces crimes ne sont pas arrêtés, la nation n'aura aucune place dans le monde ni la dignité pour s'expliquer aux générations futures.

Sans aucun doute, les crimes du PCC sur le prélèvement des organes dans les camps de concentration seront imprimés à jamais sur le mur de la honte.

Pour n'importe quelle nation, un camp de concentration détenant des étrangers est considéré une honte pour cette nation. Maintenant, un massacre contre ses propres citoyens se produit en Chine. Quelle honte est-ce là ? Ces chefs qui ont lancé et/ou ont pardonné de tels crimes, comment peuvent-ils faire face à la nation et expliquer leurs actions au peuple ?

 

Chacun de nous, en tant que citoyens chinois devrait se poser les questions suivantes : devons-nous faire partie de cet acte pervers ? Pouvons-nous rester détachés pendant que nos compatriotes sont abattus ? Quel genre de responsabilité est-ce que je partage dans ce crime ? Comment devrais-je payer mon silence ou ma participation à ce crime ? Comment pourrais –je laver cette honte incroyable au cours de mon ère historique ?

 

Chaque fonctionnaire du régime, chaque membre du PCC, chaque membre de famille des pratiquants du Falun Gong, chaque citoyens chinois qui a toujours une conscience, prenez note svp: avant que cette tragédie se termine, nous ferons tous face inévitablement à de si dures questions.


Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2006/4/21/125743.html

Traduit de l’anglais au Canada le 26 avril 2006

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/4/26/72476p.html