Plus de compte-rendu signalant les greffes illégales d’organes en Chine

[Site Clartés et Sagesse]


Après que le prélèvement d’organes des pratiquants vivants ait été révélé, l'Association de Falun Dafa et le site Web Minghui/Clearwisdom
(Site Clartés et Sagesse) ont conjointement instauré la Coalition pour Enquêter la Persécution du Falun Gong, le 4 avril 2006. Cette organisation fait appel au public pour fournir d'autres informations au sujet de la persécution. Nous espérons que plus de personnes s’avanceront et fourniront des informations.

Une transplantation de rein exécutée chaque nuit à l'hôpital 307de Pékin

Selon les médecins qui travaillent à l'hôpital 307 de Pékin, récemment il y a eu une transplantation de rein effectuée chaque nuit à l'hôpital. Ils n'ont aucune idée d’où l'hôpital a obtenu autant de reins, ni ne savent pourquoi les opérations doivent être faites de nuit. Après les opérations, les patients sont transférés dans de plus petits hôpitaux voisins pour y être soignés.

Un prix 10 fois plus élevé pour la transplantation d’un foie

Selon un rapport intitulé « un prix 10 fois plus élevé juste pour avoir une transplantation de foie » édité dans le ‘’Bando Morning Post’’dans la ville de Dalian, province du Liaoning, M. Zhang, le chef de la mine de charbon de la province du Shanxi, est venu dans la province du Jilin en voyage d'affaires en octobre passé. Le 26 octobre, il est soudainement tombé dans un coma après avoir bu. Il a été diagnostiqué comme ayant une cirrhose du foie en phase terminale et que seul un foie transplanté pouvait lui sauver la vie. Cependant, l'hôpital ne trouvait pas de foie compatible. Afin de faire procéder à l'opération rapidement, des membres de la famille de M. Zhang ont offert de payer 10 fois le prix ordinaire pour la transplantation d’un foie. En d'autres termes, ils étaient disposés à payer 4 millions de yuans pour une telle opération. L'hôpital a alors trouvé un foie approprié dans la ville de Shenyang, province du Liaoning. Le Dr Tang Li est le médecin qui a exécuté la greffe. On ne sait pas si un pratiquant de Falun Gong a été forcé de donner son foie.

Sang obtenu à un centre de lavage de cerveau en octobre 1999

Après avoir été renseigné sur l'incident de Sujiatun, je me suis rappelé mon expérience en octobre 1999 quand j'ai été détenu à un centre de lavage de cerveau à Xingezhuang, comté de Dingxing, ville de Baoding, province du Hebei. A ce moment-là, quelques médecins ont été amenés à l’intérieur, pour nous faire subir des examens médicaux. Quand nous avons entendu parler de ceci, nous avons été très embarrassés. Le personnel de cet endroit, nous avait battus et nous avait maltraités, il avait employé tous les moyens possibles pour nous tourmenter. Comment se fait-il que tout à coup il soit disposé à nous faire passer un examen médical ? Ils ont demandé, la première fois, pour nous faire des prises de sang. Nous avons estimé que notre sang était précieux en raison des améliorations par la cultivation, ainsi nous avons refusé. Ils ont alors demandé à chaque personne si nous avions une quelconque maladie. Nous avons dit non. Alors, ils ont demandé quelles maladies nous avions eues avant que nous ayons pratiqué le Falun Gong, disant qu'un certain type de maladie avait besoin d'un échantillon de sang pour être diagnostiqué. De cette manière, en employant la duperie, ils pouvaient prendre le sang de certains. Ils ont également mesuré la tension artérielle de chacun et ont vérifié notre état de santé.

Quand ce fut mon tour, ils ont également vérifié mes yeux. Je leur ai dit que j’avais eu plein de maladies avant de pratiquer le Falun Gong. Quand j'ai mentionné un certain type de maladie que j'avais eue, ils ne voulaient plus extraire mon sang. Maintenant, en regardant en arrière, ils ne s’inquiétaient pas du tout de nous, mais essayaient de trouver des organes appropriés, venant de nous, pour la transplantation.

Pratiquantes du Falun Gong forcées de passer les examens médicaux dans le Camp de travail pour femmes de Sanshui, en 2003

En 2003, j'ai été détenue dans la Brigade deux du Camp de travail pour femmes de Sanshui, dans la province du Guangdong. Le capitaine était Tang Xiangping, qui est dans la vingtaine. Un chef d'équipe surnommé Sun était très méchant. Il y avait deux équipes chez la brigade et les chefs d'équipe étaient Li Hui et Liang.

À ce moment-là, nous avons été divisés en deux groupes pour passer l'examen médical. J'étais dans le deuxième groupe. Dès que nous avons été amenées à l'hôpital à l'intérieur du camp, la police a fermé les portes de l'hôpital. Alors les douzaines de médecins dans des uniformes militaires se sont montrés. L'atmosphère était très tendue. Des pratiquants du Falun Gong ont été invités à passer par chaque phase sous forme d’examen médical, dont une était les échantillons de sang.

Il y avait cinq ou six pratiquants parmi le deuxième groupe qui étaient très déterminés et qui ont rejeté avec succès le contrôle. J'étais l'un d'entre eux. Plusieurs de nous, se sont tenus contre le mur, avec des personnes affectées pour nous surveiller se tenant à côté de nous. Nous avons observé comment d'autres pratiquants sont allés d'une pièce à l'autre pour les tests. Je me suis senti très triste en voyant leur sang prélevé. Notre sang est très précieux. Comment ces pratiquants peuvent-ils permettre que leur sang soit prélevé?

Afin de résister à l'examen médical, la pratiquante Fan Zhijun dans le premier groupe, a essayé de s’enfuir. Elle a été rattrapée et sa sentence a été prolongée de trois mois.

Les bâtiments abandonnés devraient également être des cibles pour l’enquête sur le prélèvement d’organes

Nous avons concentré notre attention sur des hôpitaux et des camps de travail. Cependant, après que la « Coalition pour Enquêter la Persécution du Falun Gong» ait annoncé le premier groupe de cibles à étudier, il semble que le Parti Communiste Chinois transfère des pratiquants détenus dans les hôpitaux et les camps de travail, à d'autres endroits.

Selon des rapports, le camp de concentration de Sujiatun était situé sous terre, et il a été modifié à partir d’abris nucléaires souterrains abandonnés [bunkers]. Il y avait au moins une sortie près de la porte arrière de l'hôpital. Il y a plusieurs abris nucléaires souterrains [bunkers] dans tout le pays et certains d'entre eux sont toujours en service pour le stockage militaire aujourd'hui.

J'ai voulu rappeler aux amis pratiquants de ne pas fermer les yeux sur les structures abandonnées telles que ces bunkers. J'estime que nous ne devons pas attendre ou compter sur d'autres au moment de sauver nos pratiquants. Nous devrions être proactifs. Tout en faisant bien les trois choses, nous devrions conduire une investigation complète, n’omettant aucun endroit suspicieux.

Quelques informations sur l'Hôpital de la police militaire de la ville de Shenzhen

 

Le numéro de l’Hôpital de la Police Militaire de la Ville de Shenzhennzhen est : 86-755-82699999. Cet hôpital a également participé aux transplantations d'organe. D'ailleurs, c'est également l'un des hôpitaux où des pratiquants en grève de faim, sont gavés.


Traduit de l’anglais le 14 mai 2006.

Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/5/14/73248.html
Version chinoise disponible à : http://minghui.org/mh/articles/2006/5/10/127363.html