Choisir entre profit et conscience (Photos)

[Site Clartés et Sagesse]

 


Écrit par le journaliste de Minghui Yue Ran

Le 18 avril 2006, un jour avant la visite du dirigeant du parti communiste chinois (PCC), les pratiquants de Falun Gong de différents endroits ont tenu une grande rencontre à Washington DC, la capitale des États-Unis, pour faire appel à la communauté internationale pour que cesse la persécution du Falun Gong par le PCC et que cesse le massacre de masse.


 


Rassemblement à DC


Dr Terri Marsh livre un discours

   

 


La rencontre a été organisée conjointement entre « l'Association du Falun Gong » et la « Coalition pour
enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine » (CEPFG). Sur les banderoles, on pouvait lire : « Traduire Jiang, Luo, Liu et Zhou en justice », « Arrêtez à la persécution », « Protestons contre le massacre inhumain par le PCC, Appel à la Communauté Internationale d’Enquêter, Urgence pour Secourir ». La scène était entourée de couronnes blanches. Les participants portaient des fleurs blanches sur la poitrine, ils avaient déroulé des banderoles blanches. Le rassemblement était solennel et respectueux.

Selon les informations recueillies, l'acte criminel du PCC de prélever les organes sur des pratiquants de Falun Gong encore en vie, de vendre leurs organes à profit et ensuite de brûler les corps assassinés pour détruire les preuves, a commencé vers la fin 2000 et a atteint un pic entre 2001 et 2003. Le prélèvement d'organes existe encore actuellement. Aucun camp de travaux forcés, aucune prison, aucun centre de détention, hôpital (en particulier les hôpitaux de la police et de l'armée) ou extension de camp de travaux forcés et prisons (les camps de concentration secrets) ne peut échapper à la responsabilité de telles atrocités.

Des pratiquants de Falun Gong en Chine continentale ont rappelé que pendant la période de 2000-2001, quand un grand nombre de pratiquants de Falun Gong ont voyagé à Pékin pour faire appel au nom du Falun Gong, les camps de travaux forcés, les prisons, les centres de détention et les hôpitaux psychiatriques ont été surpeuplés. Le régime de Jiang a même libéré des criminels avant la fin de leur peine pour faire de la place pour les pratiquants de Falun Gong. Plus tard, le régime de Jiang a mobilisé une énorme somme pour construire de toute urgence des camps de concentration secrets, destinés à la détention des pratiquants de Falun Gong et a donné l'ordre qu'aucun détenu ne pourrait être libéré une fois arrivé là. Les informations obtenues récemment montrent que le crime de prélever les organes sur des pratiquants de Falun Gong en bonne santé et encore vivants, et de vendre leurs organes pour le profit avant de brûler leurs corps pour détruire les preuves, a eu lieu à grande échelle dans des camps de concentration secrets. Selon des témoins, le camp de concentration secret de Sujiatun détenait 6'000 pratiquants de Falun Gong, mais que les deux tiers ont été assassinés.

Après que des témoins aient révélés les actes criminels au camp de concentration de Sujiatun, le PCC a passé trois semaines à se débarrasser des témoins oculaires et à cacher la scène du crime, puis il a accueilli la communauté internationale pour enquêter. En même temps, les pratiquants de Falun Gong ont appris l'existence d'au moins 36 camps de concentration semblables. Mais récemment, sous les ordres des partisans durs du régime de Jiang et Luo, les pratiquants de Falun Gong dans ces camps de concentration secrets ont été transférés de toute urgence dans des camps de travaux forcés, dans des prisons, des hôpitaux et autres installations pour continuer à être détenus. Ces camps de travaux forcés, prisons et hôpitaux se sont coordonnés et les pratiquants de Falun Gong détenus utilisés comme « fournisseurs vivants d'organes » sont face à tout moment, à la menace d'avoir leurs organes prélevés alors qu'ils sont encore en vie, et d’avoir leur corps incinéré pour détruire les preuves.. C'est pourquoi les pratiquants de Falun Gong d’outremer ont établi de toute urgence la « Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong », pressant le PCC d'ouvrir immédiatement tous les camps de travaux forcés, les prisons, les centres de détention, les hôpitaux et autres installations à la communauté internationale pour enquête.

Les pratiquants de Falun Gong pensent que si le PCC ne peut pas ouvrir immédiatement tous les camps de travaux forcés, les prisons et autres installations où des pratiquants de Falun Gong sont détenus avant le 1er juillet, quand la soi-disant loi contre le prélèvement d'organes prendra effet, et même plus tôt, le PCC va encore une fois détruire les preuves, puis inviter la communauté internationale à enquêter. Ce qui est encore plus grave, c'est que si la communauté internationale ne peut pas agir efficacement à temps pour arrêter ces crimes, davantage de pratiquants de Falun Gong croyant fermement dans « Authenticité, Bienveillance, Tolérance », des gens honnêtes, bons et aimables, vont mourir d'une mort horrible sous les scalpels des médecins du régime de Jiang. C'est pourquoi le président du CIPFG, Dr. Zhao Zhangji, a fait appel de toute urgence à la communauté internationale pour soutenir le CIPFG et mener des enquêtes avec les pratiquants de Falun Gong, pour que cesse le massacre et que cesse cette persécution cruelle qui dure depuis presque sept ans.

Dr Terri Marsh dirige un groupe d'avocats à but non-lucratif du monde entier poursuivant les fonctionnaires du PCC pour leurs crimes contre le Falun Gong. En tant qu'avocate en chef dans une poursuite judiciaire intentée contre l’ancien dictateur chinois Jiang Zemin, Dr Terri Marsh a condamné le génocide qui a lieu dans les camps de travaux forcés et dans les camps de détention à travers toute la Chine. Elle a souligné l'urgence de la situation, qu'un massacre de masse était entrain de se produire actuellement. Elle a cité des détails mentionnés dans un témoignage. Le témoin était un chirurgien en chef au camp de concentration de Sujiatun. Il a écrit dans son journal : « On a administré l'anesthésie au patient (un pratiquant de Falun Gong) couché sur la table d'opération. En utilisant les ciseaux pour couper ses vêtements, une petite boîte est tombée. À l'intérieur il y avait un badge avec un Falun et une petite carte où l'on pouvait lire : « Joyeux anniversaire Maman ». Le médecin a souffert d’une extrême détresse mentale jour et nuit pour avoir participé à ces actes criminels.

Le ténor renommé Guan Guimin était invité à la rencontre pour faire un discours et chanter. Dans son discours, il a souligné que les actes de chacun vont laisser un souvenir dans l'univers, les divinités sont en train de regarder les actes de chacun. Face à l'argent et au profit, chacun va se positionner en conscience et moralement. Le futur d'une personne sera écrit suivant ses choix d'aujourd'hui.


 


La représentante des pratiquants de Falun Gong persécutés en Chine, Mu Xiangjie, raconte son expérience personnelle


 

La représentante des pratiquants de Falun Gong persécutés en Chine continentale, Mme Mu Xiangjie, pratiquante de Tianjin, dont les Nations Unies ont récemment fait les arrangements pour qu'elle vienne aux États-Unis, a parlé au public, émue, à travers ses sanglots. Il y a deux ans, après s'être échappée de la Chine, elle avait perdu l'usage de la parole. Au cours des deux dernières années, elle a récupéré l'usage de la parole en persistant dans la pratique du Falun Gong. Aujourd'hui, elle peut sortir pour révéler la persécution des pratiquants de Falun Gong par le PCC dans les camps de travaux forcés et elle pense qu'elle a beaucoup de chance. Quand elle était détenue illégalement en Chine, elle a été soumise à la persécution, considérée comme « très ordinaire » dans ces camps de travaux forcés : lavage de cerveau, privation de sommeil pendant plusieurs jours, être menottée et choquée avec des matraques électriques. Elle a été une fois témoin d'une pratiquante traînée dans le camp de travaux forcés enroulée dans une couverture. Plus tard, cette pratiquante a été torturée à mort dans le camp de travaux forcés.

Mme Mu Xiangjie a souligné qu'il y a encore beaucoup plus de pratiquants de Falun Gong souffrant de la torture et de mauvais traitements dans les camps de travaux forcés. Le PCC commet des actes de haine au-delà de l'imaginable. Elle demande à la communauté internationale de mener activement des enquêtes.

Le min-bus en tournée SOS, organisé par la « Coalition mondiale pour sauver les pratiquants de Falun Gong persécutés » est arrivée avec succès à Washington DC. Les participants sont des pratiquants de Falun Gong de Saint-Louis, Chicago, Dallas, Toronto, Boston et d'autres régions d'Amérique du Nord. Une représentante des participants, Mme Mao, a déclaré que le massacre des pratiquants de Falun Gong par le PCC était bien plus que la question de la persécution de croyance et de droits humains : c'est un test pour l'âme de chacun ; et cela demande de chacun et de chaque gouvernement de toute urgence, choisisse entre le profit et la conscience. Ce choix déterminera finalement le destin de chacun et de chaque gouvernement.

 

Traduit en Suisse le 22 mai 2006

Version anglaise disponible sur : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/4/19/72187.html

Version chinoise disponible sur : http://www.minghui.org/mh/articles/2006/4/19/125624.html