La télévision centrale de la Chine (CCTV) réseau 10 expose inconsciemment des détails au sujet de la situation sur le prélèvement d'organe

[Site Clartés et Sagesse]


Le 26 et 27 mai 2006, de 20 h 30 à 21 h. l’émission de la Science et de l'éducation
sur le réseau 10 de la télévision centrale de la Chine (CCTV) a diffusé un segment réel de greffe d'organe lors d’une émission de télévision intitulée « La vie et la mort inversé ».  Cette émission de télévision fait partie de la série Marcher dans la Science, qui est composée de la partie A et de la partie B. J'ai regardé la plus grande partie du programme. En apparence, l’émission semble spectaculaire et élégante. Son contenu est brièvement décrit comme suit :

M. Song Yongle, de Pékin,  un patient avec une maladie cardiaque et Mme Ren Meifen, une patiente ayant un problème de respiration dû à un poumon dysfonctionnel, faisaient  face tous deux, à une mort imminente en raison de leurs maladies à long terme. Ils avaient besoin d’une greffe d'organe. Ils ont cherché sur le réseau national interne des hôpitaux de la Chine continentale pour des organes compatibles. La recherche sous le groupe sanguin a trouvé un soi-disant donneur d’organe dans la ville de Dalian dont le cœur et le poumon étaient disponibles pour les deux patients en même temps. Au mois de février 2005 il a été décidé que les patients subiraient la greffe d'organe à l'hôpital Xinhua affiliée à l'université de Dalian. L’opération de Ren Meifen consistait en une transplantation de deux poumons. La date de l’opération a été fixée pour le  5 mars 2005.

Selon le segment à la télévision, le prélèvement d'organe du donneur a commencé à 7h. ,  le 5 mars (l’émission télévisée n'a pas mentionné l'endroit). À 7h 55, le cœur et le poumon ont été prélevés, mis dans un récipient et envoyés à l'hôpital Xinhua où les médecins ont séparé le cœur et le poumon. La séparation s’est terminée à 9 h15. La greffe d'organe a alors commencé. Avant 11h, l'opération de Song Yongle a commencé. A 13 h 48, l’opération de Ren Meifen s’est terminée. Un an plus tard, la santé des deux patients est toujours normale.

 

A la fin de l’émission d’une durée de presqu’une heure, l’hôte a seulement dit en passant à la fin du programme « Merci au donneur altruiste pour ses organes. »  Il n’y a eu aucune mention au cours de l’émission de quoi que ce soit au sujet des caractéristiques personnelles du donneur d'organe et ni du processus de don.

Quelques points suspects entourant l’opération:

1. Le temps de l’opération a été  fixé à l’avance avec trop de précision et la qualité des organes donnés était trop bonne

 

Il avait été décidé que le patient Song Yongle de Pékin irait à la ville de Dalian pour l’opération en février 2005. Le fait suspect est que cet hôpital de Xinhua affiliée à l'université de Dalian avait rapidement fixé en février la date de l’opération de greffe pour le 5 mars. L’émission diffusée a mentionné que le temps  écoulé entre le moment de la mort du cerveau du donneur et du prélèvement du cœur et du poumon n'était pas plus de six minutes. Le prélèvement d'organe du donneur a commencée à 7 h,  le matin et s’est terminée à 7h 55, le 5 mars, ce qui signifie que le donneur devait être vivant pendant une période de 55 minutes.

 

L’émission de télévision a mentionné que suite aux greffes d'organes, l'état des deux patients était normal. Lorsque le cœur a été transplanté dans le corps de Song, une fois qu'il a été relié à l'artère principale, il a commencé à fonctionner sans aide auxiliaire. Les deux lobes du poumon pour Ren Meifen étaient de grande taille ; donc, après le prélèvement et la greffe, les poumons pouvaient encore fonctionner normalement. Trois jours plus tard, on lui a  enlevé le respirateur et elle pouvait respirer toute seule. La condition des deux patients après l’opération illustre deux faits : a) La grande taille du poumon montre que le donneur pouvait être un homme ; b) Le bon fonctionnement du cœur et des poumons après la greffe prouve que le donneur était en très bonne santé.

 

En dehors de la Chine, habituellement il est impossible de déterminer à l’avance le moment d’une greffe de cœur ou de poumon. Comment est-ce qu’un donneur, lorsqu’il ou elle vit toujours normalement, pourrait enlever son cœur ou son poumon ? En dehors de la Chine, les organes des donneurs ne peuvent être enlevés que lorsque le donneur a accepté le prélèvement d'organe avant qu’il ou elle tombe dans le coma suite à une maladie, ou en raison d’accident mortel subit  et après que les médecins aient déterminé que le donneur est dans l’impossibilité de se rétablir.

 

Dans des conditions sociales conventionnelles, le médecin ne peut nullement savoir exactement l’heure de la mort du donneur, plusieurs jours avant la mort réelle du donneur et saisir le temps opportun pour prélever un cœur et un poumon avant la mort réelle du donneur. Par conséquent, il n’est pas question que ceci soit le résultat d'un accident subit de voiture, d’une maladie subite du cerveau ou d'autres facteurs qui se seraient produits subitement qui auraient causé une maladie subite du donneur. L'heure de l’opération était déjà fixée au 5 mars dès le mois de février, alors que le groupe sanguin compatible avait même été fait avant février (je ne me rappelle pas le temps exact). Comment est-ce que le donneur unique dont les organes ont été sélectionnés à l’avance pourrait-il avoir « par accident »  un accident le 4 mars et être prêt à mourir le matin suivant, attendant d’avoir ses organes prélevés ? Comment de telles coïncidences pourraient-elles se produire?

 

Pour une personne malade ou ayant pris pendant longtemps des médicaments pour traiter sa maladie, ses organes au cours d’une période prolongée de traitement médical de drogue ne pourraient en  aucun cas être aussi sains. Habituellement pour une telle personne, en raison des effets secondaires des drogues ou en raison de sa piètre santé, les organes de cette personne seraient, à différents degrés, dysfonctionnels et avec des signes de maladies et seraient peu appropriés pour des transplants. Il y a des conditions strictes pour les organes utilisés pour les greffes ; ils doivent remplir sous  chaque aspect, des conditions, il ne peut même pas y avoir une légère différence. Les organes d'une personne qui semble en bonne santé peuvent  également ne pas être appropriés pour une greffe d'organe parce qu'ils peuvent ne pas répondre aux normes, et encore moins l’organe d'un patient qui est sur le point de mourir.

 

Non seulement les médecins de l'hôpital Xinhua ont fixé la date de l’opération aussitôt d’avance (avec une date précise), mais ont également effectué l’opération sans retard tel que prévu. Cet arrangement assure également que le donneur était encore vivant à l'heure de l’opération et que les organes étaient de très bonne qualité. Toute cette information prouve que le donneur d'organe pour cette greffe était vivant à l'heure de la greffe ; il était en bonne santé et vivait très bien avant le prélèvement de ses organes. Il est clair que d'autres ont utilisé la force afin de lui enlever arbitrairement ses organes. Comment une personne en si bonne santé pourrait-elle avoir donnée la permission de se faire enlever ses organes, quels qu’ils soient, en particulier le cœur et les poumons ? Ne serait-ce pas l’équivalent d’un meurtre ? De plus, l'information du donneur avait déjà été rassemblée et mis aux archives. Il n'y aurait pas eu assez de temps et il ne serait même pas possible que l'hôpital trouve le groupe avec un groupe sanguin compatible à ceux des patients, un volontaire en bonne santé n’irait nullement mourir à l’heure choisie par le médecin pour donner ses organes aux patients. Comme le groupe sanguin du donneur est compatible aux patients, il est impossible qu’il n’y ait eu qu’un donneur vivant ; il doit y avoir un groupe de donneurs vivants pour pouvoir choisir un organe compatible. N’importe quel individu de ce groupe, une fois que son groupe sanguin est compatible aux patients pourrait être utilisé en tant que donneur d'organe. Ceci prouve également qu'il y avait alors plusieurs donneurs vivants dans la région de Dalian, dont les échantillons de sang pouvaient, être  utilisés à tout moment, en cas de compatibilité; en autant que la compatibilité ait été établie, le prélèvement d’organes pouvaient être fait à tout moment.

2. On ignore l’identité du donneur

Aucune mention n'a été faite au cours de toute l’émission de télévision de toutes informations sur le donneur d'organe et le processus de don. Dans des situations normales, si le donneur est un détenu en bonne santé qui est condamné à mort, après que l'ordre d'exécution soit publié, les médecins peuvent seulement prélever les organes à la condition qu'ils aient déjà reçu le consentement du donneur et quand le donneur est anesthésié et ne peut plus sentir aucune douleur. De plus, les organes peuvent être prélevés sur ces individus qui ont des organes sains et sont dans un coma permanent (par exemple, ceux qui sont dans un état végétatif) ou qui, suite à un accident (par exemple, un accident de voiture), sont sans connaissance depuis un certain temps, que l’on juge dans un état de coma irréversible, qui sont sur le point de mourir et qui ont dans le passé, signés des accords de don de leurs organes et dont la famille a approuvé le prélèvement d'organe (ce dernier point est très important).

 

Dans les situations mentionnées ci-haut, les donneurs sont en effet en bonne santé et le temps de la greffe d'organe/prélèvement peut également être déterminé avec précision; cependant, ces situations sont en réalité extrêmement rares. Si le prélèvement d'organe étaient faits en accord avec les conditions ci-dessus, l'hôpital aurait pu publier l'information du donneur de façon à honorer le donneur pour son esprit humanitaire, afin d’encourager d'autres à suivre son exemple. Comment se fait-il qu'une telle information n'ait pas été mentionnée ?

 

N'importe quel producteur qui a une certaine expérience d’émission de télévision ne peut nullement négliger une chose pareille, sans mentionner CCTV,  un expert en matière d’éveiller les « émotions »  des gens.  CCTV  n’aurait nullement manqué une telle occasion. Prenons du recul : même si les membres de la famille du donneur n'acceptaient pas de donner de la publicité au don, l’émission de télévision pourrait néanmoins mentionner le processus de don sans révéler l’identité du donneur, dans le but d’aider ceux pourrait avoir le souhait de donner leurs organes.

 

Le producteur de cette émission de télévision évitait toujours cette question, restant silencieux sur quoi que ce soit concernant l'information de donneur ou le processus de don. La production a éludé consciemment cette question. L’émission entière soulignait le travail assidu des médecins et les difficultés et risques de l’opération, afin d'attirer les spectateurs et de détourner leur attention. Cependant, quiconque ayant une certaine expérience en cette matière, soulèvera des questions et des doutes au sujet de cette émission de télévision. La façon évasive du producteur de faire l’émission prouve en soi qu'il y a des questions douteuses au sujet de l'origine du donneur.

3.  Question sur l’endroit du prélèvement des organes

L'hôpital Xinhua a absolument la capacité d'effectuer le prélèvement d'organe. D'ailleurs, le prélèvement d'organe sur place  peut sauver du temps pour la greffe. Tel que mentionné au cours de l’émission de télévision, bien que, le prélèvement d'organe du donneur n'ait pas été effectué à l'hôpital  Xinhua, mais dans un certain endroit non spécifié qui n’est pas révélé dans le programme ; seul le temps du prélèvement est mentionné. Le 5 mars, le prélèvement d'organe s’est terminé à 7 h 55. Les organes ont été empaquetés et livrés à l'hôpital Xinhua en peu de temps, indiquant que le site de prélèvement d’organe doit être `à l’intérieur de la ville de Dalian. A ma connaissance, il y a une prison souterraine de grande envergure dans la région de la Place de la libération de Dalian. La majorité des détenus sont les prisonniers politiques. Je soupçonne qu’il s’y trouve un endroit secret, dans la ville de Dalian même, qui emprisonne les dissidents et les pratiquants du Falun Gong, qui actuellement sont devenus une banque humaine vivante de donneurs d'organes.

4.  Derrière l’histoire du réseau national de recherche de donneurs

Pour cette opération, ils assortissent le groupe sanguin dans le système national d'hôpitaux à la recherche de donneurs de cœur et de poumon. Ceci indique l'existence de banques de donneurs d'organes à travers la Chine qui peut fournir des organes pour une greffe à tout moment. De plus, ils maintiennent un contact mutuel. Selon les besoins de l’opération, une région peut utiliser les organes d'une autre région n’importe quand. Comme mentionné dans l’émission « ils se complètent mutuellement et bénéficient mutuellement. »

 

Ces organes vivants ont été chirurgicalement prélevés après l'anesthésie locale quand le donneur était vivant. La méthode est cruelle ; même un prisonnier condamné à mort ne devrait pas être traité de cette façon. Comment est-ce que ceci peut être fait sur une personne vivante ? Les médecins qui ont exécuté cette opération sont vraiment des bêtes. Du point de vue de la loi, les médecins ont le devoir de sauver la vie des gens. Dans des cas de mauvaise pratique, les médecins font l’objet d’enquête pour leur responsabilité légale. Les médecins n'ont aucune autorité d’exécuter la peine de mort sur quiconque.

 

La plupart des membres de la famille des patients, étant impatients de sauver leur bien-aimé, ne remettent pas sérieusement en cause la source des organes. Ils se trompent et trompent les autres. Certains sont clairement au courant des faits mais ils suivent consciemment la pratique diabolique.

 

Les hôpitaux dans divers endroits en Chine continentale s'entendent avec les fripouilles en charge des banques de donneurs pour prélever secrètement des organes des  êtres humains vivants qui est l’équivalent d'argent de sang. Ils ont établi une production secrète et perverse et un réseau de commercialisation avec des profits stupéfiants, qui inclut la collection de spécimen, le prélèvement d'organe et la vente d’organes vivants. Ils effectuent tranquillement le commerce le plus perfide et le plus ignoble à une échelle nationale.

* * * * * * * * *

Tous les points douteux ci-dessus prouve qu’après l’exposition du prélèvement ignoble et illégal d'organe des pratiquants du Falun Gong pour greffe d'organe, ceux impliqués dans la pratique ont fait la promotion de nombreux documentaires de TV de ce genre afin de tromper le public et de tromper les gens, pour les inciter aisément à croire qu'ils font un prélèvement et une greffe d’organe légitime.

 

Néanmoins, tous ces efforts sont futiles, parce que ce qu'ils font est si cruel et méprisable que çà ne peut résister à la délibération. Indépendamment de la façon dont ils essayent de se défendre, ils exposent réellement leurs propres actions diaboliques.

Participants clés dans l’opération:

Wang Jiangning (homme), chef de l’hôpital
Lu Shuliang (homme), physician-in-charge of heart transplant
Xu Ning (homme), médecin en charge de la greffe double de poumon
Autres principaux fonctionnaires à l’hôpital Xinhua:
Wang Zhijun, (homme), membre du parti communiste chinois (PCC), membre du comité du PCC de l’hôpital Xinhua, vice président, secrétaire du comité d’inspection de discipline; professeur, sera nommé au poste de secrétaire du comité du PCC de l’hôpital Xinhua.
Yu Xiaoqing, femme, membre du PCC, membre du comité du PCC de l’hôpital Xinhua, directrice du bureau d’administration du parti, fonctionnaire supérieur des affaires politiques; sera nommé au poste de secrétaire adjointe du comité du PCC de l’hôpital Xinhua Xinhua Hospital adresse:
156 Rue Wansui, District Shahekou, ville de Dalian, Province du Liaoning.
Téléphone: 86-411-82182126
Fax: 86-411-84311728
Email: ddlirida@yahoo.com.cn

 

Attaché : Une brève introduction de l'hôpital Xinhua (groupe) affilié à l'université de Dalian (Copier directement de l'Internet sans aucun changement; seul les paragraphes inutiles ont été enlevés)

 

L'hôpital affilié à l'université de Dalian est un hôpital accrédité de catégorie Triple A avec un potentiel de croissance énorme et une base technique solide. L'hôpital combine l'enseignement à la recherche médicale et scientifique. Il y a 900 lits, 44 sections cliniques, 13 laboratoires scientifiques de recherches, 16 laboratoires d'enseignement cliniques. Il y a 185 personnes ayant des degrés avancés, 85 personnes avec des doctorats et maîtrises. Onze personnes reçoivent des subventions du département de l'État et du gouvernement municipal ; deux personnes sont vice-présidents de comités professionnels d'universitaire au niveau de l’Etat; quatre personnes sont présidents et vice-présidents de comités au niveau provincial et plus de dix personnes sont des membres de divers comités universitaire. Onze personnes sont des rédacteurs, et une personne est le rédacteur adjoint en chef des revues universitaire au niveau de l’État. Le département de la gastro-entérologie est une discipline médicale clef au niveau municipal et le département de la cosmétologie et de la Microchirurgie est une discipline clé nouvellement populaire. Des experts et des savants exceptionnels de l'intérieur et l’extérieur de la province se réunissent dans ce département, qui a été approuvé comme centre de cosmétologie de l'université de Dalian et centre de formation du Nord-est pour la Société chinoise des médecins en chirurgie plastique et esthétique.

 

Le service d'oncologie, les départements de la chirurgie thoracique, de la chirurgie cérébrale, département de l'urologie, entre autres, ont formé un groupe de sections académiques gagnantes avec des qualités exceptionnelles et uniques. En même temps une grande et puissante équipe d'experts recueille et offre une garantie fiable pour les patients. En janvier 2005, le département de la chirurgie cardiaque et le département de la chirurgie thoracique ont effectué la première greffe de cœur et greffe de poumon dans notre ville, qui ont [toutes les deux] réussies. Jusqu'ici nous avons effectué six greffes de cœur et quatre greffes de poumon (parmi celles-ci, deux cas sont des greffes double de poumon), et deux greffes de foie.

 

L'hôpital met l’accent sur les avancements scientifiques et a entrepris 26 projets de recherche au niveau de l’état et de la province (sujets). [Nous avons] gagné huit prix de types divers et publié plus de 400 articles scientifiques au cours des trois dernières années, obtenues trois brevets et créées 125 nouvelles technologies et projets, qui remplissent le vide dans la province, la ville et l'hôpital.

 

L'hôpital assume la responsabilité de deux niveaux, huit spécialités, 39 classes, ou 2.200 heures d'enseignement [pour les étudiants] de l'université médicale de l'université de Dalian et de l'institut des sports. L'hôpital a également les responsabilités de pratique de six spécialités de l'université médicale de l'université de Dalian et d'une classe diplômée de l'institut des sports. A tous les ans, 105 professeurs participent à l'enseignement, et le taux de classes théorétiques enseignées par des professeurs aux titres professionnels élevés dépasse 85%. La pratique clinique est toute enseignée et guidée par des professeurs de grandes expériences cliniques de titres intermédiaires et plus élevé. En 2001, l'hôpital a reçu le titre d’ « hôpital affilié qualifié » du bureau provincial de la santé et du bureau d'éducation.


Version chinoise disponible sur : http://minghui.ca/mh/articles/2006/5/30/129213.html

Traduit au Canada le 10 juin 2006

Version anglaise disponible sur : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/6/10/74324p.html