Edmonton Sun, Canada : Organes prélevés sur les prisonniers du Falun Gong, Kilgour déclare « En attente d’être massacrés au plus offrant »

Vendredi 23 juin 2006

Écrit par Brookes Merritt, journaliste du Edmonton Sun

David Kilgour espère qu’un rapport documentant les accusations de prélèvement illégal d'organes des prisonniers du Falun Gong encouragera la Chine à ouvrir ses frontières aux enquêteurs internationaux des droits de l'homme.

 

Mais l'ancien député d'Edmonton a dit que les fonctionnaires se sont défilés à l’occasion de sa rencontre avec un fonctionnaire politique à l'ambassade chinoise à Ottawa vendredi, pour discuter des conditions d'un visa d'entrée.

 

Il a dit au Sun « Je savais qu'ils n'allaient pas me permettre le genre d'accès dont nous avons besoin. Mais j'espère que notre rapport produira assez de pression internationale pour qu’ils nous laissent entrer ».

 

Kilgour enquête sur les accusations selon lesquelles un réseau souterrain de chirurgiens chinois, d’infirmières et de personnel administratif hospitalier prélève des organes pour la vente.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est un mouvement quasi-religieux qui a été interdit en Chine depuis 1999 « Des membres du Falun Gong (seraient) détenus dans des enclos, en attendant d’être envoyés à la boucherie au plus offrant, pour des gens ayant besoin d’une cornée, d’un rein, ou d’un cœur.

« Certains de ces organes coutent énormément chers. Ceci devient un commerce d'exportation pour la Chine, et le monde entier ne fait rien contre. »

L'avocat international des droits de l'homme David Matas de Winnipeg espère aller en Chine avec Kilgour. Deux ans d’enquêtes ont fourni à l'avocat une grande quantité de témoignages dont ceux des ex-épouses de chirurgiens chinois qui pratiquent des prélèvements.

Kilgour a dit « J'ai entendu des choses qui étaient infligées aux prisonniers du Falun Gong qui sont trop terrifiantes pour être répétées, » et il a ajouté que la Chine a récemment admis à la communauté internationale que son gouvernement exécutait les prisonniers du Falun Gong .

 

Kilgour a ajouté qu'il s’était écoulé 10 ans avant qu’un fonctionnaire de l'ONU reçoive un visa de plein accès `pour enquêter sur la torture en Chine, et les conditions de son visa n'ont pas été respectées à son arrivée.

 

Matas et Kilgour publieront un rapport préliminaire exposant le réseau de prélèvement d’organes le 6 juillet. Un rapport suivant justifiant ou discréditant ces déclarations fera suite à toute future visite d’enquête.

 


http://www.edmontonsun.com/News/Canada/2006/06/23/1650160.html

 

Traduit de l’anglais au Canada le 26 juin 2006

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/6/26/74831p.html