Voice (Japon) : Le Falun Gong el le prélèvement d’organes du régime communiste chinois

 

[Site Clartés et Sagesse]

 


Le 9 juin, le journal japonais VOICE
a publié un article intitulé : « Le Falun Gong el le prélèvement d’organes du régime communiste chinois. » L'article a été écrit par Ryoko Sawayama, une journaliste bien connue et ancienne hôte d'une émission japonaise à la télévision. Elle a écrit que les nouvelles au sujet du prélèvement des organes des pratiquants encore vivants sont incroyablement choquantes et ont laissé la communauté internationale réaliser la brutale réelle de la persécution du Falun Gong.

 

L'article dit : « Le 20 avril, lors d’une cérémonie d’accueil pour Hu Jintao à la Maison Blanche, une dame parmi les caméramans a crié. Elle a, à plusieurs reprises, crié l'information choquante telle que « Arrêtez la persécution du Falun Gong! » et « Arrêtez le prélèvement des organes des pratiquants du Falun Gong! » Le nom de la dame est Wenyi Wang avec un doctorat aux États-Unis. Elle est une pratiquante du Falun Gong.

 

« Bien que nous sachions que la persécution est oppressive, les nouvelles du prélèvements des organes des pratiquants du Falun Gong sont toujours incroyablement choquantes.

 

« En ce qui concerne la répression des droits de l'homme par le régime communiste chinois, nous savons seulement que la politique du Grand Bond de 1955 à 1961, menés par Mao Zedong et Zhou Enlai, a laissé mourir de faim 40 millions de paysans et adversaires politiques du parti. De plus, la révolution culturelle lancée en 1966 a persécuté 10 millions de personnes à mort. Aujourd'hui, la répression continuelle des droits de l'homme n'est pas rapportée adéquatement et il est donc difficile de savoir la vérité. Le cri de Mme Wang a laissé la communauté internationale réaliser les faits tragiques de la persécution brutale du Falun Gong.

 

« Six jours après l'incident à la Maison Blanche, Mme Wang a donné des entrevues aux médias et a élaboré au sujet de la raison de son appel.

 

Ci-dessous est le reportage de cet incident publié dans la Grande Epoque japonaise.

 

« Lors de la conférence de presse, Mme Wang a souligné que de nombreux pratiquants du Falun Gong ont disparu depuis le début de la persécution en 1999 tandis qu'en même temps les cas de greffe des foies et de reins ont considérablement augmentés. Ce fait peut être vérifié par la publicité chinoise sur les greffes d'organe. Par exemple, le centre international des greffes d'organe de Shenyang a déclaré qu'il peut trouver des reins pour des patients dans un délai aussi court que de 2 à 3 semaines.

 

« En tant que médecin qui pratique, Mme Wang croit que la clé pour la réussite d’une greffe d'organe est de s'assurer de la compatibilité du groupe sanguin et du HLA tissu entre le patient et le donneur. Pour réaliser ceci, un patient a besoin de choisir parmi des centaines ou même des dizaines de milliers de donneurs. Pour cette raison, il est bien connu au Japon qu’un patient doit attendre plusieurs années avant qu’on ne puisse lui trouver un organe compatible. Cependant, depuis 1999, le nombre de greffes d'organes accomplie dans les hôpitaux les plus importants en Chine n’a cessé d’escalader.

 

« Face à un grand pays avec une piètre réputation pour ses statistiques et sans libre information, il est difficile de vérifier les allégations de Mme Wang. Cependant, l'augmentation dramatique de greffes d'organes en Chine est un fait.

 

« Mme Wang croit que les pratiquants disparus sont liés à l'augmentation dramatique des cas de greffes d'organes en Chine. Le cri de Mme Wang a révélé au monde que les organes des pratiquants du Falun Gong sont utilisés pour des greffes.

 

« La communauté internationale a à plusieurs reprises condamné le régime communiste chinois pour le trafic des organes des criminels condamnés à mort, amenant le régime à décréter une loi interdisant le trafic d’organe qui prendra effet le 1er juillet. Cependant, Mme Wang croit que les arrestations et tortures des pratiquants du Falun Gong continuent. Il y a de rare cas ou des gens se sont suicidés car ils ne pouvaient plus endurer la torture cruelle. Lorsqu’ils torturaient les pratiquants, les gardes avaient l’ordre de ne pas blesser leurs organes dans la région de la taille ou de l'estomac en sorte que le régime puisse utiliser de tels organes pour la transplantation.

 

« L'épouse d'un médecin qui a, par le passé, participé au prélèvement des organes des pratiquants du Falun Gong a rencontré des journalistes ainsi que Mme Wang. Elle a mentionné que son mari s'était senti très coupable après s’être rendu compte qu'il était impliqué dans le prélèvement des cornées de pratiquants et que ses mains tremblaient quand il a fait une telle opération.

 

« Le Japon devrait interroger la Chine sur la violation continuelle des droits de l'homme, gouverner par la loi au lieu de gouverner la loi et l'échec du système juridique chinois. »

 

 

Traduit de l’anglais au Canada le 4 juillet 2006

Version chinoise disponible sur : http://www.minghui.ca/mh/articles/2006/7/2/131977.html

Version anglaise disponible sur : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/7/4/75072p.html