Le Conseil de l’Europe se penche sur la pratique de prélèvement d’organes du Parti communiste chinois

[Site Clartés et Sagesse]


Écrit par Chunzi

Dans le cadre de la 3ème réunion du conseil de l’Europe (COE) à Strasbourg cette semaine a eu lieu le 27 juin 2006 un forum intitulé, ‘’ Observer attentivement la pollution environnementale et les conditions des droits de l’homme en Chine". Le prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants ayant cours dans les camps de travail en Chine était un des points importants de la réunion. Sous la présidence de M. Lindblad de la délégation du parlement suédois, ont pris la parole des experts et des professeurs d’Allemagne, du Royaume-Uni, de France, de Belgique et d’Australie, des représentants des organisations des droits de l’homme, et des pratiquants de Falun Gong qui ont expérimenté la persécution


Les intervenants au forum Les membres du conseil et les représentants des médias assistant au forum.


Ce forum a obtenu le soutien de beaucoup d’organisations internationales des droits de l’homme. Les co-organisateurs du forum étaient, Droits de l’Homme International sans Frontières, basé en Belgique, la Société Internationale pour les Droits de l’Homme basée en Allemagne, The Epoch Times Europe, l’Association des anciens prisonniers politiques en Roumanie, le Réseau pour les Droits de l’Homme en Chine, de Norvège, Soutien des Droits de l’Homme en Chine, de Suède, et le Réseau pour les Droits de l’Homme en Chine, du Danemark.

Le directeur de l’Association Internationale des Droits de l’Homme, M. Man Yang a mentionné dans son discours que dans le but de consolider son pouvoir politique, le Parti communiste chinois ( PCC) avait fait perdre leur vie à des dizaines de millions de Chinois lors du processus de soi-disant ‘’ se développer ’’ économiquement, après avoir détruit les bases économiques de la Chine. M. Man a dit : ‘’ Dans le but de prendre et de garder le pouvoir, le PCC utilise diverses méthodes perverses pour réprimer les dissidents et les croyants religieux. Depuis mars 2006, quelques témoins n’ont cessé d’accuser le PCC de prélever des organes à large échelle, sur des pratiquants de Falun Gong vivants pour leprofit, puis, de brûler leur corps pour détruire les preuves de ses crimes. Les témoins ont révélé qu’au moins 36 camps de concentration et un grand nombre de camps de travail ont emprisonné illégalement les pratiquants de Falun Gong afin que leurs organes soient prélevés pour des greffes ; Les personnels impliqués comprennent des fonctionnaires de haut niveau du PCC, l’armée et la police militaire, les hôpitaux et autres sociétés. Un témoin a révélé que dans le seul hôpital de Sujiatun, il y a eu plusieurs milliers de personnes tuées. Beaucoup de pratiquants de Falun Gong ont été poussés sur la table d’opération, et avec très peu d’anesthésie, leurs cornées, reins, foies, et autres organes ont été excisés et vendus sur le marché international des greffes pour un énorme profit. Dans le but d’échapper à une enquête, ces pratiquants de Falun Gong emprisonnés peuvent être déplacés à d’autres endroits, chaque fois que c’est nécessaire.’’


Experts et professeurs sur les problèmes chinois. Des participants écoutent sérieusement les discours.


Le professeur Li Shao a parlé de ‘’ la dangereuse croissance’’ en Chine, a analysé la situation actuelle de la pollution environnementale durant les 50 dernières années en Chine, à la lumière des données massives et des preuves photographiques et de la propagation de la grippe aviaire, il a dénoncé le prélèvement d organes de pratiquants de Falun Gong en vie dans les camps de concentration et les camps de travail en Chine. En parlant du prélèvement d’organes sur des personnes en vie, le professeur Li Shao a dit : ‘’ Selon les récits des témoins, il y a au moins 36 camps de concentrations secrets, comme celui de Sujiatun, dans toute la Chine. Ce crime extrêmement tragique a débuté depuis la fin de l’année 2000, et s’est perpétré depuis dans les camps de travail, les prisons, les camps de concentration secrets et les hôpitaux à travers le pays et il se poursuit encore aujourd’hui. Sur les sites Internet de quelques hôpitaux de Chine, ils déclarent qu’ils peuvent garantir de trouver des foies et des reins compatibles en très peu de temps. Nous savons tous que, même aux États-Unis où la conscience des donations d’organes est très développée, le temps moyen d’attente pour une greffe d’organes est compris entre 2 et 7 ans, parce qu’il y a une chance extrêmement mince de découvrir un organe compatible pour les greffes. Cependant, un hôpital de Chine, le 3eme hôpital de Zhongshan, est capable de trouver des foies et des reins compatibles en 24 heures.’’

Une pratiquante de Falun Gong, Mme Chen Ying, est une survivante de ce prélèvement d’organes. Elle a raconté son expérience personnelle d’avoir été emprisonnée en Chine, juste parce qu’elle n’a pas voulu abandonner la pratique du Falun Gong. Elle a dit : ‘’ J’ai fait une grève de la faim pour protester contre l’emprisonnement illégal et la violence à mon égard. J’ai été menottée et tirée dans un véhicule de police, puis on m’a emmenée dans un hôpital. La police m’a forcée à subir un examen physique complet dont un examen du cœur, du sang, des yeux, etc. Bien que les résultats indiquaient que mon corps était dans une condition normale, la police a insisté pour m’injecter des drogues inconnues. Lorsque la drogue est entrée dans mon corps, j’ai soudain senti que mon cœur battait férocement et une grande douleur comme si mes vaisseaux sanguins craquaient ; j’ai senti mon cœur battre et je me suis sentie suffoquer – exceptionnellement inconfortable dans tout mon corps. Après avoir reçu des injections, le coté gauche de mon corps se contractait souvent nerveusement, mes nerfs semblaient engourdis et douloureux, après ceci, j’ai perdu beaucoup de souvenirs. Après, ma famille a payé pour que je sois relâchée sous caution. Lorsque j’ai lu pour la première fois, la brutalité du prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie dans l’enfer du camp de concentration de Sujiatun, rapporté sur Internet, mes larmes n’ont cessé de couler. Me souvenant de ce qui m’était arrivée, le plus probable est qu’ils avaient prévu d’utiliser des drogues pour détruire mon système nerveux, puis m’envoyer quelque part pour prélever mes organes. En pensant à ceci, je tremble de peur.’’


Des pratiquants de Falun Gong sont invités à prononcer des discours. Des participants écoutant attentivement les discours


Mme Zhizhen Dai, avec sa fille de 6 ans, a exposé les atrocités du PCC en utilisant son expérience personnelle. Elle a dit dans son discours : ‘’ Après que le PCC ait interdit le Falun Gong, mon mari a été arrêté parce qu’il demandait justice pour le Falun Gong. La police l’a arrêté à notre domicile devant moi et ma petite fille, au début de janvier 2001. Il avait seulement 34 ans, une personne forte à ce moment. J’ai du retourner en Australie avec ma fille dans cette situation. Qui savait que c’était la dernière fois que je voyais mon mari en vie ? Deux semaines plus tard, sur Internet, j’ai vu les nouvelles de mon mari qui avait été persécuté à mort. Le ministère australien des Affaires Étrangères, grâce à des négociations avec le gouvernement chinois, a ramené les cendres de mon mari en Australie. Jusqu’à maintenant, je ne sais toujours pas quel type de traitement, il a subi après avoir été arrêté par la police. Il est peut-être mort sous la torture, peut-être mort suite à des prélèvements d’organes alors qu’il était encore en vie. J’appelle le COE et toutes les personnes ici à nous aider à stopper cette persécution de Falun Gong.’’ Mme Elise Steyaert, représentante de Droits de l’Homme International sans Frontières, a lu une déclaration. Dans cette déclaration, l’organisation a appelé le COE à discuter ouvertement de la question du prélèvement d’organes en Chine et d’envoyer un groupe d’enquête en Chine pour enquêter sur les faits.


La représentante de Droits de l’Homme International sans Frontières


Version chinoise disponible sur : http://www.yuanming.net/articles/200606/53511.html

http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/7/7/75180.html

Retour