Le groupe du Falun Gong intente des poursuites criminelles contre des médecins chinois pour crimes graves de torture en prélevant les organes de personnes vivantes

[Site Clartés et Sagesse]


Écrit par un pratiquant de Falun Dafa à Taïwan

Le 24 juillet 2006, Me Terri Marsh, avocate des droits de l'homme respectée, a officiellement intenté une plainte criminelle auprès du bureau du Procureur de l’État du Massachusetts, au nom de tous les pratiquants de Falun Gong et de leurs familles qui sont détenus dans les prisons et les centres de détention en Chine, et qui ont eu leurs organes prélevés contre leur volonté. La plainte a été déposée à l’occasion du Premier Congrès Mondial de Transplantations, qui a eu lieu à la fin juillet 2006 à Boston, aux Etats-Unis, et auquel des centaines de chirurgiens et de professionnels du domaine médical de la Chine, ont participé. C’est le premier procès international des droits de l'homme, intenté par le Falun Gong, concernant les atrocités de prélèvements d'organes sur des pratiquants du Falun Gong, encore vivants, suite à un rapport d’enquête indépendant canadien, qui en a confirmé la véracité, le 6 juillet

La poursuite criminelle concerne principalement Chen Zhonghua, le président en visite de l'Institut de recherche en transplantation de l'Hôpital de Tongji de la ville de Wuhan et Zhu Tongyu, le doyen du Centre de transplantation d'organes de l'Hôpital de Zhongshan, à Shanghai. Ils ont été accusés de violer le "Torture Criminal Statute" (Title 18 USCA Section2340A) et la "Torture Convention" approuvés et mis en vigueur par les Etats-Unis en 1994. Les intimés ont été accusés de prélever, de voler et de vendre les organes des prisonniers, et ceux des pratiquants du Falun Gong en prison sans leur consentement. Ils devraient être jugés pour être les principaux responsables, ou accessoirement responsables en particulier, concernant le prélèvement des organes vitaux des pratiquants du Falun Gong. Ils ont non seulement commis le crime de torture, mais ont en plus commis le crime plus grave de génocide selon la définition du droit pénal international, et ils ont violé « La Déclaration universelle des droits de l'homme », la « Convention internationale des droits des citoyens et des droits politiques » et d’autres règlements à cet effet. Le procès précise également que le comportement des accusés a non seulement violé la loi américaine, la convention internationale, mais a aussi violé les « Règlements provisoires de la Chine pour avoir utilisé les corps et les organes des prisonniers condamnés à mort » et les « Règlements des Nations Unies selon les principes de l'éthique médicale concernant les médecins protégeant les prisonniers contre la torture et tout autre traitement ou châtiment inhumain ».

Les deux accusés ont été principalement poursuivis parce que les médecins dans les hôpitaux dont ils sont en charge, ont admis, dans des conversations téléphoniques enregistrées que la source des organes pour la transplantation de leurs hôpitaux provenait en majorité des pratiquants du Falun Gong.

Par conséquent, l'avocat des plaignants a exigé que le procureur lance immédiatement une enquête sur les accusés ainsi que sur d'autres personnes mises en accusation pour des crimes en rapport avec la torture et qu’il émette des mandats d’arrestation, détienne les accusés pour qu’ils ne puissent pas quitter les frontières des Etats-Unis, et qu’il intente des procédures judiciaires criminelles dans le cadre d’un procès aussitôt que possible selon la loi fédérale.

Autre que ce procès criminel, un autre « avis légal » pour tous les médecins chinois assistant au Congrès a été également publié le 23 juillet par « l'Association des droits de l'homme » établie à Washington, DC. L’annonce avertit tous les professionnels qui s'engagent actuellement dans la transplantation d'organe, que tout professionnel médical y compris les chirurgiens et, les infirmières, s’il participe à, soutient, encourage et aide une pratique inhumaine comme prélever illégalement les organes des pratiquants du Falun Gong encore vivants, sera tenu responsable légalement de la gravité de ces actes. Tous les avocats de l'association qui se sont engagés dans le travail international des droits de l'homme pendant des années, basé sur la condition du droit juridique international et des principes moraux humains de la société, prêteront également une attention assidue et examineront les actes criminels connexes de tout le personnel médical qui peut être impliqué dans le prélèvement d'organes.

Le groupe du Falun Gong a exprimé que le but n’est pas le procès criminel en tant que, ils espèrent que tout le personnel médical en Chine, engagé la transplantation d'organes, ne sera pas complice du PCC dans la persécution du Falun Gong et cessera immédiatement de s'impliquer dans cette persécution, fournira des preuves criminelles connexes et aidera à mettre un terme à cette persécution inhumaine. Si les gens du personnel médical ne se repentent pas, les pratiquants du Falun Gong exposeront complètement au monde entier, non seulement les crimes inhumains auxquels tout le personnel médical participe, mais intentera, également devant les tribunaux, des poursuites judiciaires contre ceux-ci pour leurs actions perverses, et ce, partout dans le monde.


Traduit de l’anglais au Canada le 26 juillet 2006

Version anglaise : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/7/26/75971p.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2006/7/26/134039.html

Retour