La déclaration de l’ambassade chinoise au Canada est incapable de nier les faits concernant le prélèvement d’organes

 

[Site Clartés et Sagesse]

 

Écrit par un pratiquant de Falun Gong au Canada

 

Le 26 juillet 2006, les fonctionnaires de l’ambassade chinoise à Ottawa, Canada, ont tenu une conférence de presse et publié une déclaration dans laquelle l’ambassade nie que le prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants ait eu lieu en Chine. La déclaration s’en est également prise aux deux enquêteurs indépendants, M. Kilgour et M. Matas, et le groupe de cultivation Falun Gong. La déclaration ne tient pas compte des faits importants et la preuve indiqués dans le rapport indépendant, dénature le contenu et la signification du rapport, et incite les gens à haïr le Falun Gong.

 

En sus de nier l’authenticité du rapport, les fonctionnaires de l’ambassade ont utilisé la plupart de leur déclaration – cinq des huit paragraphes – pour dénigrer le Falun Gong.

 

Les pratiquants de Falun Gong au Canada sont dans l’obligation de répondre à la déclaration de l’ambassade. Cet article analyse en détails des points exprimés dans la déclaration de l’ambassade chinoise. Nous verrons qui « répand des mensonges et de fausses accusations qui sont déformés et complètement infondés. » Nous pensons que les lecteurs tireront des conclusions correctes.

 

Être incapable de nier les faits concernant le prélèvement d’organes vivants équivaut à l’admission des accusations

 

La déclaration de l’ambassade chinoise est truffée de conclusions irrationnelles et d’accusations en l’air. Elle ne tient pas du tout compte des faits et des preuves présentés dans le rapport indépendant. La déclaration ne contient aucune explication raisonnable basée sur des faits pour répondre à une ou aux 18 catégories de preuve présentées dans le rapport indépendant. Ces faits importants incluent : la politique de persécution menant au génocide de Falun Gong par le Parti communiste chinois (PCC) ; sa persécution à l’échelle nationale ; la pratique courante de prise des tests sanguins sur les pratiquants de Falun Gong en détention ; les incidents réels de prélèvement d’organes des pratiquants de Falun Gong persécutés à mort ; un grand nombre d’opérations de transplantation en utilisant des organes de sources inconnues ; des enregistrements téléphoniques des conversations avec les médecins faisant les transplantations d’organes qui ont admis avoir utilisé les organes des pratiquants de Falun Gong ; le témoignage de l’ancienne femme d’un chirurgien qui a prélevé des organes, et toutes les preuves criminelles qui ont été publiées sur des sites Internet chinois. La déclaration de l’ambassade chinoise prouve au moins un point : le PCC est incapable de nier les accusations avec des faits. Cela indique que les conclusions du rapport indépendant sont fondées sur des bases solides.

 

La déclaration indique : « La Chine interdit la vente des organes humains. » Les enquêteurs ont répliqué à cette allégation dans leur rapport en disant : « Cette déclaration a été démentie par les faits. Le site Internet de China International Transplantation Network Assistance, un centre d’aide pour la transplantation, a publié une liste des prix pour les transplantations jusqu’à avril de cette année (c’est-à-dire, un cœur coûte 160 000 US$. La liste des prix a été enlevée du site Internet en avril, mais elle est toujours dans les archives. De plus, de nombreux individus peuvent certifier avoir payé pour des transplantations d’organes en Chine. »

 

 

Le site Internet de l’Hôpital Changzheng à Shanghai a, jusqu’à maintenant, affiché une liste des prix : «Le coût pour une transplantation de foie est 200 000 Yuan, et le temps d’attente en moyenne pour une transplantation de foie dans notre hôpital est une semaine. »

 

En ce qui a trait à l’allégation de l’ambassade selon laquelle la Chine a constamment adhéré au principe stipulant que le consentement écrit des donneurs doit être obtenu à l’avance, le rapport indépendant a souligné : « Les autres sources identifiées de transplantation d’organes, les familles des donneurs consentants et les personnes frappées de mort cérébrale, ont toujours été minimes. En 2005, la transplantation de reins vivants était de 0,5 % des transplantations au total à l’échelle nationale. Le nombre total de donneurs qui sont frappés de mort cérébrale au cours de toutes les années et partout en Chine est 9 jusqu’au mois de mars 2006. » D’où proviennent 99 % des autres organes ?

 

Le rapport indépendant mentionne : « Il n’y a aucune indication d’une augmentation majeure dans aucune de ces deux catégories durant ces dernières années. On présume que les sources identifiées de transplantation d’organes qui ont permis la transplantation de 18 500 organes au cours de six années (1994 à 1999) ont produit le même nombre d’organes pour la transplantation au cours des six prochaines années (2000 à 2005). Cela signifie que la source de 41 500 transplantations au cours de la période de six ans (2000 à 2005) demeure inexplicable. D’où proviennent les organes qui ont permis d’effectuer 41 500 transplantations ? L’allégation du prélèvement d’organes des pratiquants de Falun Gong fournit la réponse. »

 

Les auteurs du rapport indépendant écrivent : « Chaque conclusion que nous faisons provient d’une source et est vérifiable indépendamment. » Si les fonctionnaires du PCC ne peuvent fournir aucune explication raisonnable ou nier les faits importants « vérifiables », alors nous pouvons conclure que les accusations dans le rapport indépendant sont vraies ; à savoir que « il y a eu et il y a encore actuellement des prélèvements d’organes à grande échelle de pratiquants de Falun Gong contre leur gré. »

 

Nier l’existence de camps de concentration secrets n’est pas une preuve de son innocence

 

Chaque fois que l’ambassade chinoise nie le prélèvement d’organes des pratiquants de Falun Gong, ils citent un fonctionnaire de l’ambassade américaine qui a déclaré : « Nous n’avons trouvé aucune preuve selon laquelle le fonctionnement de l’hôpital va au-delà de celui d’un hôpital typique. » Mais le fonctionnaire de l’ambassade américaine a visité l’hôpital plusieurs semaines après la révélation des crimes au camp de concentration de Sujiatun, et le fonctionnaire visitant le lieu était accompagné des dirigeants de l’hôpital. Réfléchissez : Supposons qu’un meurtrier tue une personne, puis il nettoie le lieu du crime et se débarrasse des preuves. Plus tard, le meurtrier accompagne des personnes pour visiter le lieu afin de prouver son innocence. Évidemment, ces personnes ne pourront pas voir aucune preuve.

 

D’un côté, le meurtrier a eu suffisamment de temps pour déloger les détenus et nettoyer le lieu du crime. De l’autre côté, les équipements pour l’opération utilisés pour enlever les organes des pratiquants de Falun Gong ne diffèrent pas des équipements chirurgicaux ordinaires ; comment est-ce qu’un visiteur peut dire si cet équipement a été utilisé pour extraire les organes ou non ? Le fonctionnaire n’a trouvé aucune preuve. Cela signifie simplement que le fonctionnaire n’a pas vu de pratique de prélèvement d’organes lors de cette visite particulière, mais cela ne prouve pas que « le prélèvement d’organes des pratiquants de Falun Gong en vie dans les camps de concentration secrets » n’ait jamais eu lieu.

 

Le PCC a tué sauvagement des centaines d’étudiants et de citoyens avec une artillerie lourde lors du massacre de la Place Tian An Men en 1989, mais après avoir nettoyé le sang, il a nié avoir tué quiconque, et continue de le faire actuellement. De même, quelques années auparavant, lorsque le SRAS se répandait en Chine, le PCC transportant les patients atteints du SRAS ça et là par autobus clandestinement, jouant à cache-cache avec les enquêteurs de l’Organisation mondiale de la santé.

 

Le prélèvement d’organes des pratiquants de Falun Gong en vie ne se limite pas seulement à un hôpital ou à seulement quelques médecins ; c’est une pratique courante dans beaucoup d’endroits en Chine. Si le PCC veut vraiment prouver son innocence, alors il devrait ouvrir tous les camps de travaux forcés, centres de détention, prisons et hôpitaux à une enquête internationale qui agirait sans aucune interférence de sa part et laisser le monde entier savoir les faits.

 

Dénaturer les faits pour créer la confusion

 

La déclaration de l’ambassade en date du 26 juillet a substitué délibérément « enlèvement de la cornée » par « opération d’implantation de la cornée » et a de plus critiqué les témoins et leur témoignage, affirmant l’allégation selon laquelle le médecin « a personnellement enlevé les cornées de environ 2 000 prisonniers de Falun Gong sous anesthésie lors de la période de deux ans » est « un mensonge ridicule qu’aucune personne rationnelle ne croira. »

 

 « Enlèvement de la cornée » et « opération de transplantation de la cornée » sont deux opérations totalement différentes. Selon l’optométriste britannique Dr Mohan Rajan, l’opération pour enlever le globe oculaire ne prend que dix à 20 minutes. (Voir http://www.webhealthcentre.com/expertspeak/eye_donation.asp et

http://www.centralchronicle.com/20050830/3008307.htm pour de plus amples renseignements)

Donc, un médecin serait parfaitement capable de compléter trois opérations d’enlèvement de la cornée chaque jour, ce qui n’est pas un « mensonge ridicule ».

 

En fait, ce que le chirurgien a fait était « d’enlever les cornées de approximativement de 2 000 prisonniers de Falun Gong sous anesthésie ». Non seulement la cornée, les autres organes importants des pratiquants de Falun Gong tels que les reins, le foie, le cœur et les poumons ont aussi été extraits par d’autres chirurgiens. Après le massacre, leur dépouille était incinérée.

 

Le PCC a fait des médecins des meurtriers en quête de profit et sous une politique de répression. Ceci est un horrible crime contre l’humanité.

 

L’ambassade de Chine fait surgir la propagande haineuse au Canada à nouveau

 

L’ambassade de Chine ne recule devant rien pour provoquer le conflit. Elle allègue que les pratiquants de Falun Gong sont une toute petite minorité au sein de la population chinoise, comme si le nombre de gens donne une excuse à ce gouvernement totalitaire de violer les droits humains. On ne peut s’empêcher de se rappeler la logique perverse du PCC d’utiliser les « majorités » pour écraser les « minorités », et d’inciter à la haine ceux qui ont été persécutés au cours de tous ces mouvements politiques dans le passé. La déclaration de l’ambassade chinoise révèle vivement la nature du PCC qui utilise son pouvoir pour tyranniser avec despotisme les faibles, de créer des désaccords entre les gens, et de désunir la population. La déclaration est remplie de propagande de haine diffamatoire à l’encontre de Falun Gong.

 

Quand l’enquêteur indépendant, M. Matas, a été interviewé au sujet de la déclaration de l’ambassade de Chine, il a dit : « C’est exactement la copie de la campagne de diffamation du PCC à l’encontre de Falun Gong. Ce genre de diffamation est à un certain degré un des facteurs qui a mené à cette enquête aujourd’hui. Je veux dire, il y a un groupe de personnes ; elles ont été isolées et étiquetées d’extraterrestres ; leurs droits ont été enlevés ; elles ont été traitées de personnes sans dignité et ont été insultées ; finalement elles n’ont plus été considérées comme des humains. Alors le prélèvement de leurs organes a été rendu plus facile. »

 

Les deux enquêteurs ont une formation en droit qui mérite le respect. Dans leur réplique à la déclaration, ils ont écrit : « Dire que le Falun Gong est une secte démoniaque est un exemple de la diffamation empilée sur le Falun Gong. C’est ce genre de diffamation en Chine qui dépersonnalise et déshumanise le Falun Gong et rend possible la violation de leur droits humains fondamentaux. Traiter un groupe de civils de “secte démoniaque” est une forme d’incitation à la haine, qui est inacceptable au Canada. C’est un abus de leur présence diplomatique au Canada que de voir la Chine se lancer dans ce genre d’incitation. »

 

Nous sommes très confiants que les faits seront révélés à tous les gens que le PCC, tout en se cachant derrière la nation et son peuple, et se décrivant comme un Parti qui a ouvert la porte du bonheur, a en fait commis ce que les enquêteurs indépendant ont qualifié de « forme grotesque de la perversité qui, malgré toutes les privations qu’a connues l’humanité, serait nouvelle sur cette planète. »


 

Traduit le 11 août 2006 au Canada de l’anglais.

 

Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/8/8/76515.html

Version chinoise disponible à : http://minghui.org/mh/articles/2006/8/4/134643.html