National Post (Canada) : Les prélèvements meurtriers de la Chine : la durée d'attente pour des greffes d'organes en Chine n’est qu’une question de jours. Partout ailleurs, la durée d'attente se compte en années

Est-ce que la Chine prélève les organes des pratiquants du Falun Gong, les tuant dans le processus ? Au mois de mars dernier, un journaliste japonais de l'agence de nouvelles d’un réseau de télévision et l'ex-épouse d'un chirurgien ont déclaré que ceci se produisait à l'hôpital du Liaoning de Sujiatin en Chine. Ces déclarations sont-elles vraies ?

 

Au mois de mai, la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine, une organisation dont le siège social se trouve à Washington, D.C., a demandé à David Kilgour, l'ancien ministre d'État de la région d'Asie-Pacifique et à moi-même d'enquêter sur ces déclarations. En juillet, nous avons publié un rapport qui en est arrivé à la conclusion, à notre grand regret et horreur, que les déclarations étaient en effet vraies.

 

La nature répressive et secrète du gouvernement chinois nous a rendu la tâche difficile dans notre évaluation de ces déclarations. On ne nous a pas permis d'entrer en Chine, bien que nous ayons essayé. Le prélèvement d'organe ne se fait pas en public. Si les déclarations sont vraies, les participants sont soit des victimes qui sont tuées et leurs corps incinérés ou des malfaiteurs qui sont coupables de crimes contre l'humanité et peu susceptibles de l'admettre.

 

Nous avons examiné chaque avenue de preuve et de réfutation qui étaient disponibles, dix-huit en tout. Elles étaient :

 

- le Parti communiste de la Chine, pour aucune autre raison apparente que la paranoïa totalitaire, voit le Falun Gong comme une menace idéologique à son existence. Cependant, objectivement, le Falun Gong n’est qu’un ensemble d'exercices avec un coté spirituel.

 

- la menace que le parti communiste perçoit dans la communauté du Falun Gong a mené à une politique de persécution. La persécution du Falun Gong en Chine est officiellement décidée et décrétée.

 

- les pratiquants du Falun Gong sont les victimes de dénigrement extrême. La position chinoise officielle sur le Falun Gong est [mots diffamatoires omis]

 

- les pratiquants du Falun Gong ont été arrêtés en quantité énorme. Ils sont détenus sans preuve ou procès jusqu'à ce qu'ils renoncent à la croyance dans le Falun Gong.

 

- les pratiquants du Falun Gong sont des victimes de torture systématique et de mauvais traitements. Tandis qu’il y a des doutes sur les déclarations du prélèvement des organes des pratiquants du Falun Gong, il n'y a aucun doute au sujet de cette torture.

 

- de nombreux pratiquants du Falun Gong sont officiellement disparus ; ils sont le sujet de plaintes officielles de disparition par les membres de leur famille. De nombreux pratiquants, afin d'essayer de protéger leurs familles et leurs communautés, ne se sont pas identifiés une fois arrêtés. Ces non identifiés sont une population particulièrement vulnérable.

 

- Les sources traditionnelles de transplantations – les prisonniers exécutés, les donneurs, les comas dépassés [morts cérébrales] –- sont loin d’arriver au nombre des transplantations effectuées en Chine. La seule autre source identifiée qui peut expliquer le nombre grandissant en flèche des transplantations ce sont les pratiquants du Falun Gong.

 

- les pratiquants du Falun Gong en prison subissent systématiquement des examens sanguins et physiques. Cependant, parce qu'ils sont également systématiquement torturés, ces examens ne peuvent pas être motivés par des soucis pour leur santé.

 

- dans quelques cas, entre la mort et l'incinération, les membres de la famille des pratiquants du Falun Gong ont pu voir les cadavres mutilés de leur bien-aimé. Les organes avaient été enlevés.

 

- Nous avons interviewé le journaliste japonais et l'ex-épouse du chirurgien de Sujiatun. Leur témoignage sont pour nous crédibles. Afin d'être prudents, nous avons compté sur ces témoignages seulement quand ils ont été indépendamment corroboré.

 

- Nous avons eu des téléphonistes qui appelé dans les hôpitaux de l'ensemble de la Chine, elles  se présentaient comme des membres de la famille de personnes qui avaient besoin d’une transplantation d'organe. Dans une grande variété d'endroits, ceux qui ont reçu l’appel téléphonique ont affirmé que les pratiquants du Falun Gong (reconnus comme étant en bonne santé en raison de leur pratique d'exercices) étaient la source des organes disponibles. Nous avons des enregistrements et des factures de téléphone pour ces appels.

 

- La durée d'attente pour des transplantations  d'organes en Chine est incroyablement courte, une question de jours. Partout ailleurs dans le monde, la durée d'attente se compte en années.

 

- les sites Web des hôpitaux chinois offrent de l'information d'incrimination annonçant des organes de toutes les sortes disponibles sur une courte durée.

- un pratiquant du Falun Gong qui est allé en prison en Chine nous a dit que ses geôliers chinois ont perdu tout intérêt pour elle quand ils ont découvert que ses organes avaient été endommagés.

- la Chine est un violateur systématique des droits de l'homme. Comme modèle global de violations,  il est plus difficile d’écarter quelque violation qui a été déclarée.

- Il y a des profits énormes à faire en Chine avec les transplantations. Les prix facturés aux étrangers, aussi disponibles sur un site Web, se situent entre $30,000 US pour des cornées à $180, 000 US pour un ensemble de foie et de rein.

- la corruption en Chine est un problème majeur. Les profits énormes à faire avec les transplantations, le manque de contrôle de l'État sur la corruption et la marginalisation du Falun Gong forment un trio mortel.

- Jusqu’au 1er juillet de cette année, il n'y avait aucune loi en Chine qui empêchait la vente des organes et il n’y avait aucune loi qui exigeait le consentement pour le prélèvement d'organe. La Chine a une histoire déplorable dans la mise en application des lois conçues pour assurer le respect des droits de l'homme.

Il est facile d’isoler chaque élément et de dire que cet élément ou que ceci ne prouve pas la déclaration. Mais c'est leur combinaison qui nous a menés à la conclusion effrayante à laquelle nous en sommes venus.

 

Nos conclusions se sont renforcées avec la faible réponse du gouvernement de la Chine. En dépit de toutes leurs ressources et connaissance à l’interne, ils n’ont fourni aucune information pour contredire notre rapport. Au lieu de cela, ils nous ont attaqués personnellement et plus inquiétant encore, ils ont attaqué le Falun Gong avec la même sorte d'abus verbaux que nous avons identifiés comme l’une des raisons que nous croyons que ces atrocités se produisent.

 

Notre rapport compte dix-sept différentes recommandations. Pratiquement, il n’y a aucune précaution  qu’on peut imaginer pour empêcher le prélèvement des organes des pratiquants du Falun Gong en Chine, n’ a été entreprise actuellement. Toutes ces précautions devraient être mises en place.

 

Mais il y a une recommandation de base que nous faisons qui doit être mise en application immédiatement. Le prélèvement des organes des pratiquants du Falun Gong en Chine doit s'arrêter.

 

- David Matas est un avocat international en droits de l'homme à Winnipeg. Le rapport complet est disponible à http://organharvestinvestigation.net/.



Traduit de l’anglais au Canada le 24 aout 2006

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/8/24/77242p.html