Nouvelle Zélande : les membres du Parlement de tous les partis prêtent attention aux atrocités de prélèvement d'organes du PCC (photos)


Le 24 août 2006, David Kilgour, l’ancien secrétaire d'état (Asie-Pacifique) pour le Canada et Edouard McMillan-Scott, vice-président du Parlement européen, se sont rendus en Nouvelle Zélande et ont rencontré les membres du parlement (MP) de quatre partis. Ils ont présenté le "Rapport concernant les allégations de prélèvement d'organes des pratiquants de Falun Gong en Chine" de Kilgour/Matas. Les membres du Parlement ont condamné les atrocités du PCC.

 

 

高精度图片
Guohua Huang parle de son expérience de la persécution aux membres du parlement

 

 

Un réfugié de l'ONU admis par la Nouvelle Zélande, le pratiquant Guohua Huang, a relaté aux membres du parlement sa malheureuse expérience due à la persécution en Chine. Son épouse de 29 ans, enceinte de trois mois, a été torturée à mort par le PCC pour avoir persisté dans sa pratique du Falun Gong. Elle a laissé une fillette. Pendant son emprisonnement, M. Huang a été examiné pour la fonction de son foie à trois reprises, tout simplement parce qu’il toussait. Après la révélation du prélèvement d’organes par le PCC, il s'est rendu compte qu'il aurait été utilisé pour le prélèvement d'organes si son sang n'avait pas été « comme celui d’une personne de quatre-vingt ans » (les mots du médecin). Les membres du parlement sur place ont compatis à sa douleur.

 

高精度图片
M. Kilgour et M. McMillan-Scott participent au forum à l'école de droit de l'université de Victoria

 

 

MP Wayne Mapp a dit qu'il avait rencontré beaucoup de pratiquants du Falun Gong et qu’il prêtait plus d'attention à la persécution du Falun Gong. La sévérité et la prolongation de cette persécution est inimaginable. Elle est horrible. Après avoir appris que de nombreux pratiquants ont été arrêtés, emprisonnés, ou tués, il s'est rendu compte qu’il s’agit d’une suppression à grande échelle en Chine. Bien que la Nouvelle Zélande ait de bonnes relations avec la Chine, ceci ne signifie pas que la Nouvelle Zélande devrait rester silencieuse devant cette violation la plus grave des droits de l'homme.

 

MP Mapp a également dit que pendant la visite de Wen Jiabao, le premier ministre chinois, en Nouvelle Zélande cette année, le premier ministre Clark avait proposé la question chinoise des droits de l'homme, et suite à cette question, le PCC aurait dû sentir la pression de la communauté internationale. Quand la Nouvelle Zélande parle du commerce économique et d’échange avec la Chine, nous devrions persister dans nos valeurs fondamentales, c’est-à-dire, contre la persécution et soutenir immuablement les droits de l'homme.

 

Le député Pita Paraone a dit qu'il pensait que plus de personnes devraient être au courant des atrocités du prélèvement d'organes du PCC. Aujourd'hui de telles atrocités barbares contre des êtres humains ne peuvent pas continuer. Il est déçu de l'attitude de chaque gouvernement sur cette question puisque chaque gouvernement ferme les yeux sur les questions des droits de l'homme par souci des intérêts commerciaux et économiques.

 

Tariana Turia, le chef du parti Mori et Keith Locke, porte-parole des affaires étrangères pour les Verts, ont également condamné le prélèvement d'organes du PCC et ont proposé des suggestions sur la façon d’obtenir l'attention de chaque gouvernement et organisation.

 

Dans la soirée du 24 août, M. Kilgour et M. McMillan-Scott ont participé à un forum à l'école de droit de l'université de Victoria et ont parlé de leur enquête sur le prélèvement d'organes du PCC. Ils ont également répondu aux questions des médias et du public.

 


Traduit de l’anglais au Canada le 28 août 2006

Version chinoise à : http://minghui.ca/mh/articles/2006/8/27/136524.html

Version anglaise à : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/8/28/77411p.html