La Revue Clartés et Sagesse (Volume 5, numéro 6, février 2010)

La revue Clartés et Sagesse est un bulletin hebdomadaire, qui souligne les informations actuelles sur la persécution, les activités des pratiquants dans le monde entier et les bienfaits du Falun Dafa. Le but du bulletin est de fournir des informations d’actualité au sujet du Falun Dafa dans un dossier et dans un format facilement accessible. Avec de nouveaux articles chaque semaine, le bulletin s’efforce d’offrir une gamme de sujets concernant le Falun Gong. Voici le bulletin mensuel ci-dessous :


Table des Matières


Traduit de l'anglais en France

Version anglaise : http://www.clearwisdom.net/html/articles/2010/2/28/114991.html

Après sept ans, justice n'a toujours pas été rendue pour une pratiquante de Falun Gong morte lors de sa détention par la police.

Il y a sept ans, Mme Li Shuhua, pratiquante de Falun Gong âgée de 32 ans de la ville de Yushu, province du Jilin, est morte 14 jours après son arrestation. Les responsables n'ont toujours pas été présentés à la justice.

Mme. Li était couturière. Son mari M. Yang Zhanjiu et sa mère Mme Cui Zhanyun, tous les deux pratiquants de Falun Gong, ont été arrêtés en 2002 sous la persécution du Falun Gong faite par le Parti communiste chinois. Mme Li et ses deux jeunes enfants sont allés vivre chez son père. Le 24 septembre 2003, trois agents du Département de police de la ville de Yushu sont allés chez Mme Li et l'ont emmenée de force. Ils l'ont assurée qu'ils lui permettraient de rentrer chez elle dans les 20 minutes. Deux jours plus tard, le 26 septembre, la police a envoyé un certificat de détention sans donner la raison de cette détention ni les conditions la concernant.

Mme Li a été battue à mort le 7 octobre mais sa famille n'a été informée de sa mort que le 9 octobre. Quand sa famille a demandé comment elle était décédée, la police a répondu que c'était à cause d'une grève de la faim. Plus tard, un agent de police qui connaissait les détails a raconté ce qui suit :

Après son arrestation, Li Shuhua a été détenue au centre de détention de la ville de Yushu. Quand elle a refusé de répondre à l'interrogatoire de la police, plusieurs agents ont commencé à la torturer. Ils ont recouvert sa tête d'un sac en plastique et lui ont piqué les bouts des doigts, les bras, le dos et la poitrine avec des aiguilles. Mme Li a tellement crié qu'elle en avait mal. Plusieurs détenus et membres du personnel ont rapporté l'avoir entendue quand on la torturait.

Mme Li a été sommée par un policier de donner les noms des personnes avec qui elle était en contact et la source de ses documents de Dafa, (c'est-à-dire les documents d'information que les pratiquants de Dafa distribuent pour expliquer les faits concernant le Falun Gong et exposer la persécution). Comme elle n'a rien répondu, le policier l'a frappée à l'œil avec tellement de force que l'œil a été éjecté. Mme Li a souffert d'une douleur atroce et elle s'est évanouie aussitôt. Les policiers ont pris peur, parce que ce serait bien difficile à expliquer à sa famille et au public en général. Après en avoir discuté avec les autorités supérieures, on a donné ordre aux agents de tuer Mme Li afin de cacher le crime. Un ancien détenu a confirmé le fait que le 7 octobre 2003, au centre de détention de la ville de Yushu, Mme Li a été emmenée par plusieurs personnes. Le détenu a entendu Mme Li crier. Elle n'est jamais retournée dans sa cellule.

Le corps de Mme Li a été emmené à l'hôpital par les policiers où il a été trempé dans des produits chimiques pendant plusieurs jours, puis a subi un traitement cosmétique, y compris la réfrigération afin de rendre les marques des trous d'aiguilles moins visibles. Mais malgré cela, un côté du visage était bleu et lors de l'autopsie, sa famille a vu que la peau de son visage portait des lacérations, ses ongles étaient également bleu et son abdomen rempli de sang.

La famille de Mme Li a essayé de poursuivre les responsables en justice. Son mari Yang Zhanjui a soumis une lettre d'accusation au chef du Bureau de la Sécurité publique de la Province du Jilin. Yang a dit : « Je n'ai pas encore reçu de réponse. »


Mme Li Shuhua, mère de deux jeunes enfants, décédée lors de sa détention par la police en 2003.

Des pratiquants de Falun Gong participent au Défilé de l'Australia Day.

Le 26 janvier 2010, c'était l'Australia Day – la fête nationale de l'Australie. Un grand défilé était le clou des festivités à Melbourne. Des gens de différents groupes et communautés ethniques, habillés de costumes colorés ont défilé dans les rues animées de Swanston au Alexandra Gardens.

La section de Falun Gong avait la Fanfare de la Terre Divine en tête, suivaient des jeunes filles « célestes » habillées dans d'élégants costumes de la Dynastie des Tang, puis une troupe de danseuses aux éventails. Une banderole portant les mots Falun Dafa était en tête de la fanfare. La musique aux sons puissants et majestueux a attiré beaucoup d'applaudissements le long du défilé.


La Fanfare de la Terre Divine en tête du groupe Falun Gong au défilé de l'Australia Day à Melbourne.

Présenter Falun Dafa à Lodz, Pologne

Les 23 et 24 janvier, plusieurs pratiquants de Falun Gong de Pologne sont allés à Lodz, la deuxième ville du pays, afin d'y présenter le Falun Dafa.

Le 23 janvier, les pratiquants ont installé des panneaux explicatifs et distribué des documents dans la rue Piotrkowska pour informer sur la beauté du Falun Gong et pour exposer la persécution brutale dont souffre le Falun Gong en Chine. De nombreuses personnes étaient heureuses de prendre les documents. Le lendemain, les pratiquants sont allés distribuer les dépliants dans un centre commercial. L'administration du centre commercial, émue par ce qu'elle venait d'apprendre sur la persécution du Falun Gong, a autorisé exceptionnellement la distribution des dépliants dans le centre. Les pratiquants ont distribué plus de 1'700 dépliants ainsi que d'autres documents de clarification ce jour-là.

Parler du Falun Dafa à Lodz, Pologne

Un chef Maori : « Je soutiens le Falun Gong à 150%. »

Le 10 janvier 2010, le chef héréditaire Maori, Amato Akarana, âgé de 77 ans, membre du Conseil des Chefs des Tribus Unies d'Aotearoa, a fait le voyage jusqu'au sommet du mont Eden en Nouvelle-Zélande afin de porter son soutien à une animation du Falun Gong.

Une fois arrivé au sommet du Mont Eden, Amato Akarana a regardé les panneaux explicatifs sur le Falun Gong et il a déclaré à un journaliste : « Aujourd'hui je suis venu exprimer mon soutien au Falun Gong. Ma tribu soutient le Falun Gong à 100% et quant à moi je le soutiens à 150%. »

« Ma fille est pratiquante de Falun Gong. Les pratiquants de Falun Gong ont fait de grands sacrifices. J'espère pouvoir les défendre afin de réduire au moins un peu leur fardeau. » Le chef est resté quatre heures pour aider l'événement.


Des touristes parlent avec Amato Akarana (premier à droite) sur le Falun Gong.

Des tumeurs aux poumons ont disparu.

Je suis un nouveau pratiquant de Falun Gong dans la Région autonome de la Mongolie intérieure en Chine. En septembre 2009, j'ai eu soudain le souffle court. Le diagnostic de l'hôpital montrait des tumeurs aux poumons. Le poumon gauche en était plein. J'avais de l'eau plein la poitrine et on devait me retirer des fluides de la poitrine tous les quelques jours. Ma mère qui pratique le Falun Gong m'a dit qu'il n'y avait que le Falun Gong qui pouvait me soulager. Elle m'a aidé à étudier les enseignements et à faire les exercices.

J'ai fait l'expérience de changements tangibles après seulement quelques jours. Quand j'ai eu des selles contenant du sang pendant plusieurs jours, je me suis rendu compte que c'était un nettoyage du corps. Ma santé s'est améliorée de jour en jour. Quand je suis retourné à l'hôpital 20 jours plus tard faire faire une radio, toutes les tumeurs avaient disparu. Les résultats ont laissé les médecins sans voix. Je leur ai dit : « Le Falun Gong m'a sauvé. »