Revue Clartés et Sagesse – Volume 5, n°7, le 25 février 2010

[Site Clartés et Sagesse]

Un pratiquant handicapé est aujourd'hui sans domicile à cause de la persécution

M.Lai, pratiquant de Falun Gong d'une cinquantaine d'années, est handicapé. Sa poitrine est soulevée et il est bossu. Il est petit, à peu près de la taille d'un enfant. Voici le compte-rendu personnel de la persécution dont il a souffert parce qu'il pratique le Falun Gong.

Avant de commencer la pratique du Falun Gong, j'avais de multiples maladies. J'avais toujours mal au dos et je sentais que je ne pouvais rien faire. Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, je savais quoi faire pour être une bonne personne. J'ai fait la pratique de tout mon cœur.

Après le début de la persécution, j'ai été arrêté fin novembre 1999 et détenu au Centre de détention de Dianbai. On m'a privé de sommeil et j'ai subi un interrogatoire à 5 heures le lendemain matin. Au cours de l'interrogatoire, on m'a soulevé puis laissé tomber à plusieurs reprises. Le chef de section m'a frappé avec méchanceté aux jambes et aux pieds avec une pipe. Il m'a frappé tellement fort que la pipe s'est cassée. J'ai été détenu dans ce centre jusqu'au 6 janvier 2000. Les autorités du camp ont extorqué 800 yuans à ma famille avant de me relâcher.

Puis en 2000 j'ai été arrêté deux fois alors que j'étais chez moi. La première fois, c'était le 17 janvier quand ils m'ont emmené à la Ferme du Quartier général de la ville de Poxin. J'y ai été détenu pendant trois mois. Puis le 14 juillet j'ai d'abord été détenu au Centre de détention n°2 de Dianbin, puis transféré au Centre de détention n°1 où j'ai été détenu pendant un mois. On m'a obligé à faire des travaux forcés 18 heures par jour et à payer 400 yuans avant d'être libéré.

Le 6 janvier 2001, j'ai de nouveau été arrêté et détenu au Centre n°2 de Dianbai jusqu'en octobre. J'ai été obligé de faire des travaux forcés. Plus tard j'ai été transféré au Centre de lavage de cerveau de la ville de Maoming où on a exercé une forte pression pour que je me « transforme » (renoncer à pratiquer le Falun Gong). Le centre m'a obligé à payer 600 yuans avant de me libérer. En 2002, j'ai de nouveau été détenu au centre de lavage de cerveau pendant deux mois et obligé de payer 600 yuans.

En période sensible comme les jours de la fête nationale, les autorités venaient chez moi me harceler chaque jour ou pour m'arrêter. J'ai été détenu à plusieurs reprises dans le bâtiment de la municipalité. Avant les Jeux Olympiques, j'ai été arrêté et détenu au Centre de lavage de cerveau de la ville de Maoming où l'on m'a privé du droit de pratiquer le Falun Gong. En mai 2009, avant la Journée Nationale du 1er octobre, le chef du Bureau 610 (agence institué expressément pour persécuter le Falun Gong) est entré chez moi par effraction et a essayé de me forcer à écrire une déclaration disant que j'arrêterais de pratiquer le Falun Gong. J'ai refusé. Le 15 mai, le chef du Bureau 610 de la ville de Poxin, Wu Zai et le chef de la Division des forces armées sont venus chez moi trois fois dans la même journée, essayant de m'arrêter et de m'emmener au centre de lavage de cerveau. Je n'ai eu d'autre choix que de quitter mon domicile et d'aller d'un endroit à l'autre pour éviter d'être encore persécuté.


Monsieur Lai, pratiquant de Falun Gong

Les pratiquants de Falun Gong du monde entier souhaitent au Vénérable Maître un Bon et Heureux Nouvel An chinois


Londres: Exposition d'Art Authenticité-Bienveillance-Tolérance


Des visiteurs regardent les photos de près.

Le vernissage de l'Exposition Internationale Authenticité-Bienveillance-Tolérance a eu lieu le 3 février 2010 au Hampstead Museum au Burgh House à Londres. C'est la troisième fois que l'exposition vient à Londres. Seize peintures ont été choisies pour montrer la beauté d'Authenticité-Bienveillance-Tolérance et montrer également la persécution brutale réservée au Falun Gong en Chine.

Une personne travaillant dans une agence de nouvelles a été très touchée par ce qu'elle a vu dans l'exposition. Elle a dit : « Quand les gens voient que d'autres souffrent, ils ne peuvent que montrer leur propre humanité ». Elle trouvait que l'exposition était un bon moyen pour présenter le Falun Dafa et exposer la persécution qui continue actuellement en Chine.

Shen Yun : plus qu'un simple divertissement

La compagnie Shen Yun Performing Arts basée à New York a donné plusieurs représentations au Music Hall à Fair Park, Dallas, Texas, entre le 5 et le 6 février. Parmi les spectateurs, il y avait le musicien et producteur new-yorkais John Anthony Martinez.

M. Martinez a dit n'avoir jamais vu un spectacle comme Shen Yun. « Toute cette belle musique, toutes ces belles danses, toutes ces couleurs, les fonds de scènes, tout l'imaginaire des concepteurs du spectacle, tout cela passe la rampe et je me suis rendu compte que ce spectacle est plus qu'un simple divertissement, qu'il y a vraiment un message. »

Concernant les deux danses Rien ne peut barrer le chemin divin et Conviction incroyable qui toutes deux parlent du triste état du Falun Gong en Chine aujourd'hui, M. Martinez a déclaré : « J'ai pensé que c'est tellement triste si les gens n'ont ni la liberté de croire ni de pratiquer ce en quoi ils croient, quelle que soit cette croyance, alors leur imagination ne sera pas libre de créer des spectacles comme celui-ci, ils ne seront pas libre d'écrire ce genre de musique, de penser à ce genre de danses ni de créer ces œuvres d'art que sont les fonds de scène. »

M. Martinez a dit également que la persécution est triste « parce que quelqu'un qui pratique sa croyance ou sa religion est simplement quelqu'un qui cherche le sens de la vie pour connaître sa véritable valeur et vers quoi on tend. »

M. Martinez a ajouté : « J'ignorais que l'on ne pouvait pas dire la vérité en Chine. Je ne savais pas que cela était interdit. Et encore une fois, si les gens ne peuvent pas exprimer leur spiritualité, s'ils ne peuvent pas exprimer leurs pensées librement, alors vous allez perdre ces possibilités, et pour cela ce spectacle est important. »


John Anthony Martinez et la metteur en scène Shueh-li Ong

Traduit de l'anglais en France